Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 janvier 2016 6 02 /01 /janvier /2016 07:00

 

 

La question peut sembler saugrenue, indécente, provocatrice. Elle n'est que de Justice, de morale, d'humanité. Et elle est tout à fait d'actualité: relisez les publications de l'Indépendant reproduites ci-dessous, celle du 29 décembre concernant les indemnités des conseillers régionaux et celle du 30 sur la misère des handicapés.

et si on élisait des handicapés au conseil régional ?

La coïncidence est atrocement troublante entre d'un côté cet adulte handicapé à qui on refuse le renouvellement de son allocation et de l'autre cette augmentation de 17 % de l'indemnité attribuée aux conseillers régionaux. La comparaison est insupportable : 808 euros contre 2661!

 

Qu'il y ait dans les deux cas des explications sur les mécanismes qui aboutissent à ces résultats, qu'il existe des règles permettant d'éviter les abus en matière d'aides publiques, que les élus, bien que bénévoles, soient indemnisés pour compenser leurs dépenses et leurs manques à gagner et pour les mettre à l'abri des tentations, tout cela chacun peut le comprendre et on ne saurait le contester ici.

 

Mais enfin, quand on en arrive à ces extrémités, à ces abus, la raison déraisonne et le coeur s'insurge: 

 

808 euros pour les handicapés

et 2661 pour les conseillers régionaux !

 

Mille questions interpellent le simple bon sens dont on retiendra les quatre plus simples:

 

  • comment accepter qu'une réforme (la grande région) dite facteur d'économies publiques bénéficie d'abord à ses élus par le jeu d'un automatisme stupide. Pourquoi la simple augmentation de la population régionale justifie-t-elle que les élus nouveaux bénéficient d'une majoration de 17% par rapport à celle versée aux précédents? Vont-ils avoir plus de travail, vont-ils participer à davantage de réunions, vont-ils être plus efficaces et plus productifs que leurs prédécesseurs? La réforme est une aubaine ... pour ces élus y compris ceux qui la contestaient.

 

  • la future nouvelle présidente est-elle si impuissante ou si peu avisée qu'elle ne puisse pas se libérer d'une fausse automaticité réglementaire? l'augmentation des indemnités permise par l'accroissement de population n'est pas obligatoire, l'assemblée peut moduler le taux applicable au barème, la présidente peut lui proposer de le modérer de 20% et ainsi de revenir un peu au-dessous de l'indemnité précédente ... ce serait un minimum. Et pourquoi ne pas affecter la différence à des actions sociales en faveur des handicapés? Chiche, Madame la présidente : vous avez là l'opportunité de restaurer l'image du parti. Les élus PS de Saint-Cyprien vont-ils oser passer le message au député Cresta? et celui-ci va-t-il oser le suggérer à la présidente qui l'a écarté de la vice-présidence?

 

  • est-il nécessaire de verser automatiquement à tous les élus de base un salaire mensuel de 2 661 euros? Que les conseillers investis d'une responsabilité de gestion perçoivent eux près de 3000 euros pour les membres de la commission dite permanente et plus de 3700 pour les vice-présidents, passe encore (il faut les mettre à l'abri). Mais la "charge" d'un simple conseiller participant (plus ou moins activement) aux réunions d'assemblée et de commissions justifie-t-elle une indemnité égale à ce que perçoit un professeur agrégé du 5ème échelon (soit après au moins 6 à 7 ans d'ancienneté). Un prof agrégé, soit bac + 6 ou 7, lauréat d'un concours très sélectif et titulaire d'un casier judiciaire vierge, débute à 2000 euros. Le conseiller régional, parce qu'il a été désigné par son parti et oint collectivement par le suffrage dit universel, sans autre exigence universitaire ou judiciaire, et sans la moindre contrainte de service fait (à 35 heures par semaine) a droit immédiatement à 30 % de mieux.

 

  • est-il par exemple compréhensible, démocratiquement utile, économiquement et socialement correct que le maire d'une ville de plus de 10 000 habitants, vice-président de l'agglomération de Perpignan et à ce titre doublement indemnisé, émarge encore aux indemnités du conseil régional où il a été élu (très minoritaire) mais battu dans sa propre commune? S'il est indeminisé deux fois pour le temps qu'il consacre à la chose publique, le temps qu'il consacrera à la région ne viendra-t-il pas en déduction de ces deux temps pleins? Sans doute, le dépit ou le bon sens l'inciteront-ils à la magnanimité donc à reverser aussi cette indemnité superfétatoire à l'association des handicapés ... ou, mutatis mutandis, aux bonnes oeuvres de son parti qui en a tant besoin.

 

D'un côté de la vie, des hommes et des femmes assujettis aux aléas du système d'aide : bien sûr, objectera-t-on, il y a là aussi des effets d'aubaine, il y a des profiteurs, des cumulards, des resquilleurs et il faut y veiller ... mais il y a les autres, nombreux, qui ne votent pas, "sans dents" peut-être et sans travail, et dépendants de tout, du hasard, des événènements et finalement de la fraternité, pour parler noblement, ou de la sollicitude de la collectivité publique, pour rester concret.

 

De l'autre côté, les professionnels de la collectivité publique précisément dont le destin tient au départ au hasard du scrutin et au système oligarchique qui préside à ce hasard puis qui s'installent confortablement dans l'entre-soi du microcosme politique.

 

Entre les deux mondes, volettent des mots nobles et sonores tels que "EGALITE" ou "FRATERNITE" qui après avoir claqué dans les discours et les professions de foi retombent dans la corbeille à papier de la démocratie.

 

A dire vrai, en cette transition festive entre 2015, qui a vu la France frémir de peur et d'horreur, puis s'émerveiller à pavoiser ses fenêtres de tricolore, et la nouvelle année lourde d'incertitudes, on se surprend en lisant notre si conformiste journal régional, on se surprend à comprendre ceux qui ne comprennent pas tout ça et qui brandissent un autre drapeau, noir ou rouge ... et on s'attriste pour les élus et on craint pour les handicapés. On s'attriste et on craint pour la France.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

Réalisme 05/01/2016 09:54

Excellente idée' il est vraisemblable que nous aurions des investissements et réalisations probantes si nous avions à la tête de ces institutions des vrais gens habitués à la réalité et non préoccupés de leur nombril et de l étendue de leur pouvoir, principalement motivés par le montant de leur indemnité. Nous aurions alors un management réaliste par des gens sensés, sensibles vraiment aux besoins fondamentaux et réalistes, nous aurions alors des gens dignes et non une bande de charlatans. Dommage !!!

PICADOR 02/01/2016 18:09

En tant qu'ancien Chef d'Entreprise, je sais que d'augmenter le nombre de Salariés dans une Equipe n'a jamais permit l'Augmentation Automatique des Performance d'une Equipe, de la même manière "couper des Têtes" aux commandes d'une Entreprise n'a jamais Automatiquement résolus tous les problèmes conjoncturels et structurels d'une Entreprise. Enfin heureusement encore que dans cette "pauvre" commune on ne remets pas la Légion d"Honneur en Fonction de l"Imbécilité et de la Stupidité des ses Elus et Dirigeants actuels sinon il y aurait une sacrée distribution de Médailles!!!!

Isoloir 02/01/2016 13:26

Une belle "sortie", un beau et fort "coup de gueule" qui n'épuise pas le sujet, hélas, et qui, encore hélas, sera inaudible des profiteurs de tous poils aveuglés par leur commode entre-soi et leurs appétits organisés et obscènes! Suivant un scénario bien rodé, ils jugeront la plume qui les désigne, ignorant les propos qui les déshonore. C’est en vain en effet que Cassandre prophétisa la guerre de Troie ; c’est en vain qu’elle livra ses prédictions sur le cheval de bois offert par les Grecs…
En ce début d’année nouvelle, il est pourtant rassurant de trouver ici et là, ici en l’occurrence, des analyses éclairées et des consciences vives. Mais si l’indignation se partage, il lui faut s’organiser et faire tache d’huile pour devenir « opérationnelle». Sans cela, elle fait le lit des « drapeaux rouges ou noirs » qui se positionnent tandis que nos personnels politiques jouent de leur impudique cécité pour prospérer sur les dépouilles d’une République qu’ils prétendent servir. Certes, nous devons éviter les solutions hasardeuses aux probables excès ; mais peut-on envisager de « résoudre un problème avec les modes de pensée –et les hommes-- qui l’ont engendré»? La réponse se trouve dans l’isoloir de nos consciences.

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html