Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 07:50
L'important, c'est parfois de ne pas participer

 

La politique municipale n'étant qu'un jeu très peu olympique, car réservé à la seule équipe officielle et pratiqué sans fair-play, il est sain parfois de contrevenir au précepte de Pierre de Coubertin - "l'important n'est pas de gagner, l'important c'est de participer" - et de s'abstenir.

 

C'est ainsi que le 9 février 2016, il s'est avéré inutile, pour ne pas dire anti-Pugnace, de continuer à participer à ce simulacre de délibération qu'est un conseil municipal à Saint-Cyprien.

 

INUTILE.

 

On le sait depuis longtemps puisque la décision, qui est censée être collégiale, est acquise sans débat et se borne à entériner la volonté du maire. Certes, en République et en démocratie, la majorité fait la loi ... sauf à sombrer dans la dictature de la majorité si elle enfreint les deux impératifs fondamentaux des institutions, l'un républicain qui est le respect de la loi et l'autre démocratique qui est le respect du débat.

 

On est évidemment accoutumé, mais nullement résigné, aux violations réitérées des règles et procédures ... auxquelles l'intervention de la Justice peut (tardivement) remédier (Cf. article précédent). En revanche, le mépris effronté, quand il n'est pas injurieux, affiché par le maire à l'égard du débat, et plus encore des débatteurs, relève de l'addiction incurable à la gonflette politique et du principe de précaution du chef mal assuré qui se cuirasse d'intolérance et s'enferme dans sa monocratie. Ce despotisme grisaille peut, selon l'humeur du jour, amuser ou exaspérer celui qui veut simplement discuter du fond des dossiers communaux.

 

Mardi-gras 9 février, avouons-le, la lecture des documents municipaux n'inclinait pas l'humeur vers la mansuétude: le procès-verbal de la séance précédente du 1er décembre ayant l'outrecuidance de réduire le "débat" sur les orientations de développement de la commune en deux lignes "ce débat s'est tenu sur les orientations du projet d'aménagement de développement durable selon les documents d'information transmis aux conseillers municipaux, annexés à la présente" ... suivies d'un large espace blanc censées résumer le dit-débat. Des échanges intervenus sur le sujet, pas un mot. Censure.

 

Autrement dit: un débat a eu lieu pour satisfaire aux exigences formelles de la loi, qu'importe sa teneur, seuls comptent les documents provenant de la mairie, les observations, suggestions présentées en séance par les conseillers sont enterrées, les citoyens n'auront pas plus à en connaître que le maire à en tenir compte. Cette séance faisait suite à celle tenue en septembre sur le même sujet ... laquelle avait donné lieu à un certain compte-rendu du débat lui-même.

 

La séance du 1er décembre qui devait donc conclure a été censurée ... conformément aux impératifs catégoriques du mairisme : "inutile de discuter, je n'ai rien à faire de vos remarques, je vous laisse parler puiqu'il le faut mais sachez-le c'est sans intérêt pour moi et cela sera classé dans les oubliettes ... et si vous n'étes pas content, saisissez le TA, ça ne me dérange pas, c'est la commune qui paye les avocats, mes chers confrères. On passe à la question suivante". Indigne et bouffon.

 

Alors à quoi bon venir légitimer par une présence vaine des décisions qui s'enfilent comme les grains marmonnants d'un chapelet respectueux et soumis?

 

ANTI-PUGNACE 

 

  • A quoi servirait-il d'acter la convention d'usage des installations sportives du collège Olibo (au profit des associations sportives) et d'en confirmer les tarifs ... puisque jamais le conseil n'en reçoit le moindre compte-rendu, jamais il n'est informé de la fréquentation réelle de ces salles (quelles associations, quelle fréquence ?),  jamais on ne lui indique le montant financier de ces mises à disposition?

 

  • A quoi bon se prononcer sur les sorties d'ouvrages de la médiathèque ou de véhicules du parc auto - dont la vétusté impose la mise hors service - puisque jamais le conseil qui en a cependant la compétence n'est invité à définir une politique d'achat et de gestion de ces deux services?

Le conseil est convié à délibérer sur la destruction d'ouvrages littéraires dont il n'a jamais eu à connaître (tels que "gai luron" ou "la loi du plus beau" !) : il pourrait y avoir, de temps en temps, dans une commune soucieuse d'une politique culturelle un débat sur la fréquentation de la médiathèque, les orientations en matière d'achats, les animations etc ... à Saint-Cyprien pas question.

Le conseil délibère sur la casse (ou la vente! on ne sait pas) d'un camion de 1991 mais jamais on n'a défini une politique de gestion du parc (achats, locations, périodicité des renouvellements, entretien) : il est vrai qu'un adjoint est garagiste et peut apporter son expertise et ainsi court-circuiter le conseil municipal. 

 

  • A quoi bon discuter du prêt d'une statue mariale par le département à la commune quand on sait que cette opération est le fruit d'une émouvante entente sacrée entre les deux conseillers départementaux UMPS ... et pourquoi en délibérer le 1er décembre puisque la convention a pris effet au 10 octobre?

 

  • A quoi bon rediscuter, en quelques secondes, du rétrécisemnt du domaine portuaire puisque le maire a décidé qu'il fallait que ce soit ainsi pour faciliter les promotions immobilières qu'il se promet sur le site et puisque le directeur du port n'est même pas là pour donner des explications techniques sérieuses (on se demande même si son absence s'explique parce qu'il est trop pris par ses multiples autres missions, mandats, responsabilités ou s'il désapprouve ainsi tacitement cette réforme qui réduit son domaine)

 

L'important n'est pas de participer, mais de savoir pourquoi, parfois, on ne doit pas participer à ce jeu de rôles et de soliloques et de le faire savoir. L'important n'est pas la permanence physique qui, stérile en ce triste théâtre d'ombres, finit pas devenir connivente. L'important est la vigilance et l'information pugnaces. L'important c'est l'action soutenue sur l'essentiel, le retour à une gestion rigoureuse, réfléchie, et efficace dans la recherche de l'intérêt public et le respect de la légalité. Car l'essentiel s'impose toujours sur les ombres.  

 

 

 

L'important, c'est parfois de ne pas participer

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

Merci Mr JOUANDET 18/02/2016 20:05

Ce maire et sa majorité de moutons sont des indignes personnages par leur mépris de la démocratie qu'ils bafouent à chaque simulacre de conseil . La connivence du cet éminent médecin est le plus déconcertant . Les médias qui font des émissions sur n'importe quel sujet devrait faire des reportages à caméra cachée sur cette démocratie bafouée et pervertie . Comme Bon sens je vous remercie pour tout ce que vous faites pour nous tous .

Bon sens 18/02/2016 17:30

Encore merci a vous les Jouandet, Montes et autres membres de Pugnace pour votre implication sans relâche, votre honnêteté intellectuelle et la force de vos analyses. J adhère pleinement à votre stratégie de participation qui consiste au choix d une étude systématique des questions à l ordre du jour'? En laissant les singeries et autres entre soi, c'est a dire entre membres de cette majorité indigne d une démocratie'. Mais la tricherie prendra bien fin un jour, aujourd'hui ils profitent du système. Grand bien leur fasse,

JCM 18/02/2016 16:21

Certains diront que le « contrôle rapproché » pendant les séances du Conseil est préférable au seul « rendu compte » sur blog. Ils pourraient sans doute le dire avec plus de pertinence si de nombreuses années déjà n’avaient démontré l’inutilité du « théâtre municipal »… du moins tant qu’une indignation plus ou moins orchestrée (nous l’avons vécue en 2009) ne soulève pas les administrés eux-mêmes.

Il faut dire que, dans la population, ici comme ailleurs, chacun trouve confortable de se défausser sur les représentants élus: à eux de « gérer entre eux » l’intérêt général. Par paresse plus que par conviction démocratique bien sûr, car, ici comme ailleurs, l’habitude est prise de considérer les politiques comme un mal (encore ?) nécessaire. Réputés «tous pareils », ils sont convaincus d’ambitionner le pouvoir pour eux-mêmes. Cette vision, trop souvent réaliste il est vrai, ne laisse aucune place ni marge à ceux qui n’ont d’autre visée que de secouer les apathies de leurs concitoyens en leur ouvrant les yeux.

Pour ces lanceurs d’alerte, à la suspicion générale qui atteint tous les élus, s’ajoute le handicap que représente le suivisme aveugle du Conseil municipal lui-même. Aucune commission ne fonctionne qui pourrait brasser les points de vue et enrichir le débat; aucune séance de Conseil Municipal ne donne lieu à participation ou échanges réels entre conseillers. La majorité vit en conséquence dans « une jalouse autarcie et une consanguinité dangereuse » pour l’intérêt public que ne saurait troubler la minorité qualifiée de constructive, occupée aux compromissions «acceptables », stratégie politicienne de jeux de rôles avec renvois d’ascenseurs. Ce qui sonne faux, bien évidemment, et sera forcément un jour ou l’autre rejeté massivement.

Plus grave : sans en avoir moralement une claire conscience, chaque conseiller engage par ses votes silencieux, systématiques et suivistes, sa propre responsabilité et celle des électeurs qui lui ont servi de caution lors de son élection. Car chacun, par sa famille, son métier, sa position sociale dans la ville, son milieu associatif, ses relations, ses amitiés,… donne son aval et, en son nom, celui du réseau qui l’a soutenu, à toutes les décisions qui sont prises et au dysfonctionnement de l’institution. Ils en sont comptables.

La minorité dite « pugnace » n’échappe donc pas au dilemme : participer à la farce ou s’en éloigner ? Il lui appartient en effet, comme vous le faites dans votre article, de dire publiquement son impuissance en séance, ne serait-ce que par honnêteté intellectuelle envers ses mandants. Le dysfonctionnement municipal rendant sa présence physique inopérante, le choix d’une étude systématique des questions à l’ordre du jour, associée à une présence ciblée en Conseil, semble en effet pour nous, désormais, la seule voie de la raison et de la fidélité à nos engagements…Certains s’en réjouiront sans doute.

En attendant le grand réveil des administrés…s’il n’est pas trop tardif !
JCM

King Jong 18/02/2016 11:33

Lamentable cette histoire. Ça finira mal , très mal.
La responsabilité des élus qui suivent pour recevoir le pécule est manifeste.

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html