Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 06:00

 

La soirée promettait d’être tendue et elle le fut. Au-delà même de tout pronostic. Il faut dire qu’après les flamboyances et les fanfaronnades  des différentes campagnes électorales, après les paillettes de l’été, après les vœux dispendieux à la population et autres largesses régaliennes (…), il n’est pas aisé d’annoncer en Conseil Municipal  la « mise sous contrôle judiciaire » de la commune !

 

 C’est l’expression qu’employa, lors de la présentation des orientations budgétaires 2016, le maire de Saint-Cyprien, T. Del Poso, pour juger de l’état de « sa » ville après plus de… 6 années de mandat. « C’est une image », s’empressa-t-il d’ajouter, face à « son » conseil municipal et à une trentaine de spectateurs médusés. « Nous étions en liquidation à mon arrivée !» s’empressa-t-il de relativiser… rappelant, toujours et encore, la dette laissée par son prédécesseur et s’octroyant, encore une fois indûment, le mérite de l’avoir fait baisser (!).

                

 S’ensuivit une longue litanie de plaintes sur la dureté des temps : la conjoncture internationale, l’état de la France, la diminution des dotations de l’Etat et le poids des remboursements d’emprunts, tout cela expliquait les mauvais résultats. S’ajoutait à ces calamités un harcèlement contentieux qui, chiffres faramineux à l’appui, paralysait l’action de redressement engagée par la commune ! (malgré un roulement de questions pressantes, il ne fut pas possible de connaître l’identité du « contribuable » incriminé).                                  

 

Tout était donc dit et orchestré, avec bouc émissaire en prime, pour convaincre de la probabilité d’un scénario catastrophe, imputable à des évènements « indépendants de notre volonté », malgré « des efforts et des réussites remarquables dans la gestion courante de la commune». Ainsi pouvait-on sans rire justifier  l’annonce principale de la soirée : une hausse de 7 % sur la fiscalité directe locale, «car nous ne pouvons plus vivre comme avant » asséna le Ponce-Pilate accusateur qui ajouta,  vindicatif et provocateur, « ce sera d’ailleurs insuffisant car nous aurons besoin de recourir aussi à l’emprunt »! Responsable mais pas coupable. Aucune trace d’autocritique. Qu’on se le dise…. C’est sur ces perspectives riantes que se termina la présentation du DOB !  Restait alors à en « débattre ».

 

Jean Jouandet ouvrit le ban … dans un silence de cathédrale. Il contesta point par point les propos avancés dans le « pauvre document »; implacable, il passa en revue l’argumentaire du maire, les erreurs  et les arrangements trompeurs des chiffres ; il rappela les avertissements et les alertes qu’il avait adressés dans les différents conseils municipaux et remit le maire dans ses responsabilités : le désendettement n’était dû qu’à l’effet mécanique des remboursements d’emprunts (« le conseil municipal des jeunes aurait fait aussi bien »); le patrimoine de la commune avait fondu, toujours à perte d’ailleurs, pour assurer un fonctionnement a minima; le pacte de stabilité fiscale n’avait servi qu’à s’assurer des électeurs à présent trahis. Pourtant une autre politique était possible et des gisements d’économie existaient qu’un véritable débat sur les orientations pourrait au moins discuter ! Proposition sans écho.

                                                                             

Jean Jouandet se fit alors plus pressant et posa une série de questions … restées sans réponse : le maire venait de se lever et, prétextant un vague engagement, quitta la séance laissant ses troupes orphelines et apparemment troublées par la fuite du chef. Lequel alla se réfugier en son bureau paisible, à l’étage au-dessus de ces tourments.

 

Les observateurs de la vie municipale cyprianaise ne s’en étonneront pas, habitués qu’ils sont aux provocations de M. Del Poso, plus enclin à attaquer les hommes qu’à contrer leurs arguments ou à répondre à leurs critiques. Mis au pied du mur, il abandonna élégamment ses troupes et prit la poudre d’escampette, se retirant du « jeu démocratique » sur lequel il n’avait pas de prise.  Au pied du mur, dit-on, on connait le maçon…

 

 A partir de là, les évènements ne pouvaient que s’envenimer. Différentes indignations s’exprimèrent de la part d’une minorité qui demandait des comptes et des réponses. Qui s’emportait également sur le départ du maire. Il faut dire que le conseil municipal chargé de débattre des orientations budgétaires est le conseil phare de l’année et marque le souci de transparence de la collectivité sur ses choix d’investissement et de gestion. La tenue de ce débat constitue une formalité « substantielle », ce qui a pour conséquence d’entacher d’illégalité la délibération sur le budget qui n'aurait pas été précédée d'un tel débat. L’absence du maire dans ces conditions est donc inévitablement perçue comme méprisante pour ses administrés et scandaleuse pour l’exercice démocratique de son mandat d’élu.  

 

Les majoritaires de l’assemblée, toujours muets et en situation humiliante car peu au fait semble-t-il des problèmes de la commune, étaient incapables de répondre aux questions. Ils se réfugièrent derrière l’adjoint à la sécurité chargé, faute de mieux, de la présidence de ce conseil sans maire ni 1ère adjointe. Le nouveau Président de séance fut à son habitude amusant et peu crédible dans son rôle de gesticulateur ombrageux. Il fut encore plus transparent et cocasse dans celui de responsable des débats, qu’il n’eut de cesse de tarir en refusant toute réponse aux questions qui lui étaient posées avec grande insistance et … pugnacité. Aucun mérite à ce positionnement d’entêté-résistant : « quand on sait pas, on sait pas. »

 

La messe était donc dite et la démonstration faite : il ne se pourrait rien tirer des rescapés orphelins, ni réponse aux questions,  ni manifestations de bon sens…Face à ce conseil-croupion, la place fut alors libérée au fil des énervements. Le ronron bananier pouvait sans doute alors reprendre, dans un lâche soulagement général, avec la honte en plus … peut-être.

 

Jean-Claude MONTES                                

15 mars 2016 : la fuite du « roi »
15 mars 2016 : la fuite du « roi »

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

OPPOSANTS 17/03/2016 19:41

Nous ne pouvons avoir meilleurs opposants et pire majorité municipale , avec ces moutons de colistiers bons qu'à capter des indemnités et complices de cette mauvaise gestion ( ainsi que la préfecture qui laisse faire ) . Le soi-disant marin squattant Paris a su passer à travers les gouttes et profiter mensuellement de bons d'achats de 1000€ auprès de la Croix Blanche en même temps que les médailles...

pugnace 18/03/2016 07:35

il y a quelque erreur dans votre propos, me semble-t-il. La croix qu'il a reçue n'est pas blanche, il s'agit d'une rosette rouge. Quant à l'association qui porte ce nom, elle a été expulsée de la halle pour refaire la capitainerie

Pauvre de nous 17/03/2016 18:24

Mais que voulez-vous qu'il fasse ? On connaît maintenant le personnage qui habituellement répond par la dérision ou l'attaque des personnes. Au pied du mur et face à des questionnements pertinents, logiques, intelligents, argumentés, de bon sens, il n'avait qu.une seule chose à faire : la fuite. On peut aussi s'interroger sur la non présence de la 1re adjointe qui, en dehors de l.expression"point à la ligne", aurait été incapable d'avancer ou d'amorcer un quelconque débat. Elle est peut etre fatigueée de de positionnement bancal, quand le 1er magistrat de la ville est lui-même incapable d'une quelconque justification et qu'il faut affronter des vérités face à sa façon d'exposer les faits. Les seuls intérêts pour eux sont l'indemnite découlant du job, les avantages liés et une soi-disante popularité donnant un certain pouvoir. Aujourd'hui la France est truffée de ce type de personnages. Voyez donc comment la légion d'honneur est décernée à tort et à travers, même pour des soi-disant "marin" de notre ville, dont l'activité principale est de passer son temps dans les cabinets ministériels. Malheureusement les seules personnes à pâtir sont les citoyens appelés aussi con-citoyens les bien nommés. Merci Monsieur Montes pour avoir relater la tenue misérable de ce DOB a St-Cyrien. Chaque année c'est pire..... Et la commune continue à s'appauvrir, nous avec.

Cyprienne 17/03/2016 15:11

Vous faites erreur! Il n'a pas fuit, il est incapable de gérer! Cela doit être des ombres qui gèrent cette ville! Un bon gestionnaire ne se débine pas!
Mon mari s'arrache les cheveux, lui qui a voté pour lui, il se prend 7% D'AUGMENTATION, le plus couillon, moi aussi, qui n'a jamais voté pour lui! Ce soir, hotel du derrière tourné et pendant 15 jours d'affilé pour mon mari.

pugnace 17/03/2016 15:30

* pardonnez au mari s'il a enfin pris conscience et à condition qu'il explique autour de lui ce qui se passe ici

Patrick 17/03/2016 10:00

Par défaut de débat le DOB devient caduque et nul.
La nullité recouvre l'ensemble de ces non décisions.

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html