Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 17:21

Acte 1 : l’attente.

 

Mardi 15 novembre, 19h : le public est nombreux et a pris place dans la salle du conseil municipal. Seuls, trois élus d’opposition sont assis à leur table : Claudette Guiraud, Pierre Rossignol, Jean-Claude Montès. Ils attendent l’arrivée des élus de la majorité.

19h15 : la majorité arrive enfin, à la queue leu leu, maire en tête, et s’installe.

 

Commentaire : 15 mn de retard ! Des mises au point, certainement…

Acte 2 : l’annonce.

 

A peine installé, le maire appelle le silence dans la salle, bien garnie pour honorer la disparition de Jean Jouandet. Il se souvient, ce public, que la dernière participation de Jean Jouandet au Conseil municipal avait été sanctionnée par une gifle. Le maire s’en souvient aussi.  Apparemment tendu, il annonce immédiatement « qu’en raison d’un décès d’un membre du conseil, le conseil municipal n’aura pas lieu et qu’il est donc reporté ». Du jamais vu. Et, puisque du monde s’est déplacé,  « les membres de la majorité se sont concertés et ont décidé d’observer une minute de silence ». Aussitôt dit, et sur un signe du maire, la majorité se lève : il s’agit bien sûr de mettre l’assistance devant le fait accompli et de couper court à toute tentative de prise de parole.

 

Commentaire :  le report du conseil semble être présenté comme un hommage supplémentaire rendu au disparu qui n’a même pas été nommé. Le coup est bas. Colère chez les 3 élus minoritaires (NB. les élus de l’opposition dite constructive étant absents…) Malaise dans la salle qui manifeste à voix haute. Décidément, la ficelle est trop grosse, le coup de bluff trop évident : le maire cherche à prendre la main et provoquer un esclandre pour ne  pas entendre l’hommage que ses amis veulent rendre à Jean Jouandet. Il parle d’une « concertation » au sommet pour décider de cette minute de silence, concédée donc du bout des lèvres. Quant à l’annulation du conseil municipal, elle vise simplement à faire évacuer la salle après ce pauvre stratagème de minute de silence. Jean Jouandet vaut tellement plus que cette petite bassesse !

Acte 3 : la passe d’armes.

 

Jean-Claude Montès proteste et demande la parole qui lui est à nouveau refusée. Il tente d’expliquer au maire qu’il tient absolument à rendre hommage lui-même et publiquement, à Jean Jouandet ; que la famille s’oppose à un unanimisme factice mais souhaite un hommage avec les mots d’un ami et que cet hommage, qui se doit d’être digne, dispensera de la traditionnelle minute de silence.

Face à l’autoritarisme du maire qui ne veut pas en démordre, le ton monte et les mises en cause deviennent plus précises :  

                                                                                                                       

- quel crédit accorder à une enfilade d’élus aux visages fermés qui ont dû « se concerter » pour décider … d’une simple minute de silence ? 

- quelle sincérité accorder à ceux qui depuis 8 ans n’ont de cesse de ricaner, de se moquer, d’insulter ?                                        

- quelle valeur accorder à ce « service minimum» qui ne cherche qu’à éviter une prise de parole ?

- le maire se sent-il légitime pour rendre hommage à Jean Jouandet ?

- doit-on rappeler que Jean Jouandet a été frappé dans ces lieux mêmes où le calcul politicien veut faire mine de l’honorer…? 

 

Le public gronde. Le maire tente d’imposer le silence. Il veut sa minute puis il se retirera avec ses troupes, dit-il, et laissera l’opposition faire son discours ! 

Les protestations des élus minoritaires et le brouhaha ambiant l’en empêcheront : la majorité captive se retire alors, à la queue leu leu, à la suite du maire.

 

Commentaire : tout cela est bien « petit ». Satisfaite sans doute du montage de cette opération, l’indécente farandole municipale croit ainsi donner une dernière gifle collective à celui qu’elle craignait tant. En fait, elle n’a réussi en tout et pour tout qu’à confirmer encore une fois l’état catastrophique de la gouvernance à Saint-Cyprien.

Acte 4 : l’hommage.

 

Le plus gros du public se réunit alors à la demande de Jean-Claude Montès au centre de la salle du Conseil, face aux 3 élus restants…Les visages sont tendus et graves. Dans un silence recueilli et respectueux, l’élu lit alors l’hommage à Jean Jouandet tel qu’ont refusé de l’entendre Thierry Del Poso  et ses fidèles.

 

« Jean Jouandet nous a quittés lundi 14 novembre, au petit matin … 

Je mesure pleinement ce que l’homme laisse derrière lui de chagrins et de regrets; auprès de ses proches évidemment, de sa femme, de ses enfants, de ses amis; mais aussi auprès de ses compagnons de route, de ceux pour lesquels il a représenté jusqu’aux derniers instants la compétence, la droiture et la rigueur et auxquels il témoignait une amitié pudique. Auprès de ceux enfin qui, sans le connaître vraiment le lisaient et cheminaient avec lui en territoire d’intelligence et d’espérance. Je mesure pleinement le poids de cette nouvelle ; j’en mesure tout autant les conséquences locales.

Mais ce que je souhaite avant tout par ces quelques mots, c’est remettre l’homme dans sa vérité, du moins celle que j’ai perçue moi-même durant ces 8 dernières années qui nous ont rapprochés d’amitié,  et lui rendre hommage en cette salle municipale, même s’il est vrai qu’il lui importait peu de séduire ceux qui ne voyaient pas, derrière les apparences, celui qu’il était réellement.

Car Jean Jouandet ne laissait personne indifférent. Accessible à la contradiction pourvu qu’elle fût examinée et discutée, il considérait comme un entêtement stérile ou, pire, comme une motivation malhonnête ou cynique, l’absence d’arguments et la mauvaise foi manifeste. La moralité publique était à ce titre son combat qu’il étayait d’analyses et de commentaires étoffés, percutants et libérateurs. C’est que ce serviteur de l’État, homme de conviction républicaine, était également un fin lettré qui connaissait le poids des mots.

Peu sensible au « qu’en dira-t-on », il cheminait avec détermination et constance dans ses engagements. Saint-Cyprien lui en fournit quelques-uns à l’âge où d’autres, indifférents ou résignés, sont revenus de tout.

C’est cela je crois qui, comme d’autres, m’a attiré dès l’abord chez ce haut fonctionnaire riche d’expériences professionnelles : un mélange de désillusions, assumées par pragmatisme et lucidité, mais une exigence toujours intacte pour l’intérêt général et une solide foi « chevillée et raisonnée » dans les valeurs de la République. Il se voulait citoyen engagé et refusait toute attitude compromettante ou politicienne; et cette démarche nous paraissait à nous tous qui étions à ses côtés, une alternative à un système déconsidéré dont on voit combien il craque partout. Ces temps nouveaux auxquels il aspirait viendront sans doute; en tout cas, ils s’annoncent et il ne tient qu’à nous qu’ils ne soient pas dévoyés …

Dans certaines occasions, trop nombreuses à son goût, l’authenticité de son combat allait jusqu’à de fortes indignations. Ceux qu’il houspillait par le verbe se récriaient alors, trop heureux de faire bloc en prenant pour du simple mépris à leur encontre, la rudesse de langage que leurs actes méritaient. Déconsidérer l’homme pour ne pas avoir à rendre des comptes, voilà malheureusement un standard de la vie dite « politique ». Jean Jouandet n’y a pas échappé, lui qui nous  quitte, le cœur et le visage marqués par un geste indigne.

 

Sa disparition elle aussi retentit comme une claque !  Une claque à la vie bien sûr à laquelle il a tiré sa révérence, avec grand courage car il plaçait la dignité dans la lutte plus que dans l’issue du combat. Je veux donc dire ici, dans notre maison à tous, «maison commune » parce que républicaine,  notre reconnaissance pour son action à Saint-Cyprien; et je me fais l’interprète, au-delà de leur tristesse, de tous ceux à qui il manque déjà. »

 

Commentaire : Beaucoup d’émotion bien sûr, après l’expression de la colère, provoquée avec l’intention de blesser encore une dernière fois.

Nous confirmons ici à  la famille que ce moment-là fut authentique et que l’hommage fut sincère et digne...

Jean Jouandet aurait sans aucun doute apprécié de retrouver ainsi autour de lui la chaleur de l’amitié, dans cette salle du conseil où on lui témoigna si peu de respect.

 

Une gifle fut donc donnée. Mais morale celle-là. Et c’est le maire qui la reçut. L’a-t-il seulement sentie ?

 

Jean-Claude MONTES

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

tristesse et révolte 19/11/2016 18:51

Comment croire que le maire ait pu ressentir quoique ce soit de moral ? C'est un petit arriviste de la politique qui n'a aucune classe et aucune conscience dans tous les sens du terme. Soutien hier à Sarkosy, aujourd'hui à Juppé, demain à ....? Il a utilisé Mr Jouandet en 2009 pour sans aucuns états d'âme le mépriser, l'humilier et lui montrer un irrespect outrancier ensuite quand il s'est retrouvé dans l'opposition jusqu'à l'agresser physiquement il y a quelques mois. La seule chose que ce petit maire ait pu ressentir c'est sans doute de la crainte,de la peur. Il est reconnu médicalement qu'un choc psychologique peut être le déclencheur de pathologie grave. On ne peut que se poser des questions et le maire a surement du lui aussi se les poser. On ne peut que lui souhaiter que la mort lui donne une bonne leçon de vie.

Anonyme 19/11/2016 13:54

Madame Jouandet, je vous présente mes sincères condoléances et quelle fierté pour vous et votre famille d'avoir eu un mari et un papa, en la personne de Jean Jouandet, aussi brillant et talentueux.
Saint Cyprien n'a pas su saisir sa chance de se redresser et de passer d'une gouvernance terne, voire obscure, à une gouvernance humaniste et forte.

Pierre 19/11/2016 05:01

Thierry Delposo est-il sincère ?
Analysons les faits objectivement.
Le conseil municipal du 15 novembre 2016 est composé de 33 membres.
Il est 18H30 nous arrivons, la salle est pratiquement vide, la table du conseil comporte 32 noms et 32 chaises.
Une assistance nombreuse est venue ce jour, pour rendre hommage à Jean Jouandet enlevé la veille à l’affection de ses proches.
Il est 19H00, 2 conseillers du groupe « Mosaïque et 1 conseillère du groupe « Ensemble pour Saint Cyprien » sont présents installés à leur siège.
Sont-ils sincères les conseillers du groupe socialiste « Une ville plus juste avec Marie-Pierre Sadourny-Gomez» quand ils sont absents ce jour-là ?
Il est 19H15 notre position dans la salle nous permet de voir le couloir et donc l’arrivée des 24 élus du groupe Delposo « Générations Saint-Cyprien, Proche de vous, Voir loin »
Sont-ils sincères quand ils se présentent dans le couloir tout sourire aux lèvres et même pour certains hilares.
Ils prennent place chacun à leur siège.
Sont-ils sincères les absents, Thierry Sirvente, Marie-Claude Ducassis-Padros, Loïc Garrido, Olivier Olibeau, Stéphane Calvo, Henri Benkemoun, sans oublier Marie Pierre Sadourny-Gomez et Franck Antoine ?
Ils ont peut- être des circonstances atténuantes ?
il est vrai qu’une convocation à un conseil municipal envoyé par la poste le mercredi 8, reçue le jeudi 9 dans la journée, pour le mardi 15, avec le vendredi 11 novembre , le samedi et dimanche entre la date de réception et la date de l’assemblée laisse peu de temps pour préparer la réunion ou pour prendre les dispositions pour y participer.
Il faut noter que d’autres collectivités ont des dates prévisionnelles à 2 voire 3 mois et pour certaines un planning annuel.
Est-il sincère Thierry Delposo quand il parle de démocratie d’autant qu’il n’existe aucune commission ou le débat constructif peut avoir lieu ?
Il est presque 19H20 quand Thierry Del Poso prend la parole et dit « je vous prie d’excuser le retard du groupe majoritaire, nous étions en train de nous concerter et nous avons décidé en l’état du décès d’un des membres de cette assemblée de reporter ce conseil municipal et de n’observer aujourd’hui qu’une minute de silence »
Est-il sincère quand il parle de concertation ?
Est-il sincère quand il propose la minute de silence ?
Après le refus de Thierry Del Poso de laisser prononcer un discours en hommage à « l’un des membres de cette assemblée » par Jean Claude Montes à Jean Jouandet, celui-ci quitte la salle avec l’ensemble du groupe « Générations Saint-Cyprien, Proche de vous, Voir loin »
Sont-ils tous sincères quand il quitte l’assemblée?
Les salariés employés par la collectivité et donc de l’ensemble de cette assemblée qui représente la population sont-ils sincères quand ils suivent le groupe et quittent la salle ?
Leur salaire souffrira-t-il de cette absence ?
Thierry Sirvente est-il sincère quand il assiste aux obsèques de Jean Jouandet ?
NON, NON et NON
Rappelez-vous au début j’ai écrit qu’il n’y avait que 32 sièges alors que l’assemblée est composée de 33 membres.
Alors Thierry Delposo s’est-il empressé de retirer le siège et le nom de Jean Jouandet de la table de cette assemblée ?
OUI et là il est sincère………………………..
et Thierry Delposo aura été sincère 2 fois avec Jean Jouandet le 8 juillet quand il agresse physiquement Jean Jouandet et lui assène une gifle lors du conseil municipal, et le lendemain de sa mort ou il fait disparaitre son nom et sa chaise ce qui montre bien sa haine .
Maintenant posez-vous la question car c’est à vous de juger.

Patrick 18/11/2016 09:10

Dans l'impossibilité de me rendre aux obsèques de M. Jouandet, merci de transmettre à sa famille mes sincères condoléances.
Je ne suis pas sûr de partager toutes les idées de M. Jouandet, mais j'ai pu apprécier la façon intelligente dont il apportait la contradiction en conseil municipal. Il n'a malheureusement pas eu en face de lui un opposant doté de la même intelligence.

???????????? 17/11/2016 17:27

En juillet dernier Monsieur Jouandet recevait une gifle magistrale après le conseil municipal.... Depuis lors nous ne l'avons plus revu en conseils municipaux et vendredi nous assisterons à ses obsèques'.... Nous sommes troublés! Très troublés'...

NAUTILUS 17/11/2016 17:12

Le chef( momentané) du village a encore fait preuve de sa morgue légendaire.Il a voulu remettre l'église " au centre du village".Je suppose qu'il ne parlait que du bâtiment, son comportement étant l'opposé des valeurs de la foi chrétienne, à commencer par le respect des autres et de la mort .
Espérons qu'un jour, nous serons sauvés grâce au dicton que je verrais bien appliqué à cette mairie: " JAMAIS 2 SANS 3 "

Pierre 17/11/2016 15:21

J’ai pu lire çà et là, que l’opposition active de saint Cyprien, aurait offensé Thierry Delposo ce qui a eu pour conséquence, le départ de celui-ci et de ses brebis de la salle ou devait avoir lieu le conseil municipal.
Il est important de préciser que la décision d’annuler le conseil municipal est irrespectueuse pour la famille, notamment pour la fille de Jean et Isabelle Jouandet qui malgré sa douleur a marqué de sa présence cette assemblée.
Avec un quart d’heure de retard Delposo entre avec sa cour tout sourire aux lèvres et annonce qu’ils ont pris la décision d’annuler le conseil municipal.
A partir de ce moment l’assemblée est une simple réunion, donc informelle, fort justement Jean Claude Montes demande la parole afin de rendre hommage à Jean Jouandet.
La forte opposition de Thierry Delposo pour imposer une minute de silence, a donné lieu à une altercation verbale avec Jean Claude Montes, Thierry Delposo blessé dans son amour-propre a pris la décision de quitter la salle avec sa cour et l’arrogance qui le caractérise.
Un discours sincère vaut bien mieux qu’une minute de silence transpirante d’hypocrisie.
Aujourd’hui je lis sur son facebook public des ignominies plus infamantes les unes que les autres, si la modération est une preuve de sagesse et d’intelligence, Thierry Delposo serait bien inspirer, d’éviter de les laisser publier sur son facebook.
Comment peut-on arborer un drapeau tricolore sur lequel Marianne figure suivi de plusieurs commentaires ou les insultes règnent.
Si l’intelligence collective enrichit la connaissance et la valeur de l’homme, l’imbécilité individuelle l’appauvrit, et la réduit au néant quand elle devient collective.

Patrick 17/11/2016 10:26

Quinze minutes de retard pour proposer une minute de silence , pour mieux bâillonner une opposition en deuil du doyen de l'assemblée Mr Jean JOUANDET. Que le Maire refuse de citer.?
L'Homme d'honneur et un élu qui parle de valeurs Républicaines si souvent bafouées.

Isabelle & Patrice COMBET 17/11/2016 09:17

Très attristés par la disparition de Monsieur Jean Jouandet, nous présentons à son épouse, ses enfants, petits-enfants et toute sa famille, nos sincères condoléances.
Nous garderons le souvenir d'un homme brillant, droit et rigoureux.
Nous conservons l'espoir pour les combats qu'il a mené courageusement.

Mireille 17/11/2016 07:57

Il va nous manquer, mais sans le comprendre, sans le savoir, il fera défaut à cette "petite" majorité qui n'a plus de "garde-fou" ! et ils ne s'en rendent mème pas compte...
Il aurait été souhaitable de laisser l'hommage de Mr Montes se dérouler en toute quiétude, suivi de la minute de silence .
Oui, mais voilà, pour cela il aurait fallu une once d'intelligence...
Merci Mr Jouandet pour votre droiture, votre sincérité.

Anonyme 16/11/2016 22:01

Sincères condoléances à toute la famille et à l'équipe PUGNACE... Continuez dans la voie qu'il avait tracé....

terre de jade 16/11/2016 19:37

Minable le maire et son équipe de" béni oui oui" Un sentiment de honte et d amertume me submerge à la lecture de ce compte rendu. Je regrette de faire partie des citoyens d'une commune gérée par un homme de loi incapable dans la gestion de sa commune mais aujourd'hui ,encore plus que par le passé, incapable d humanité et de respect.

Tartine mariole 16/11/2016 19:17

Au revoir Mr Jouandet. Au revoir. Votre lutte laissera sur Saint-Cyprien le souvenir d'une personne responsable, dévouée, et trés compétente. A l'inverse de tous ces élus qui ne pensent qu' à remplir leur gamelle, cela depuis plus de 25 ans. On ne sait si cette commune s'en sortira face ce bloc de parvenus qui contrôlent notre cité. Vous vous êtes rapidement rendu compte comment était ces élus que vous aviez soutenus avec à leur tête P.D.T. Ceux qui avient été élus grâce à vous. Pourtant il suffisait de regarder comment été D.P.T pour voir qu'il n'était pas trés clair. Vous vous êtes battu courageusement bien que vous n'aillez pas été beaucoup soutenu par les services publics. Vous avez gagné les procés face à un avocat qui les a perdus. Encore MERCI Mr JOUANDET.

Patrick 16/11/2016 18:52

JEAN avait désiré au long de ces années que les habitants de Saint Cyprien soient plus présents et acteurs. Maintenant qu'il n'est plus, relevons le défi d'une opposition présente au conseil, unie dans l'action, c'est ce qui aurait réjoui notre ami JEAN.
Exigeons et c'est logique, plus durable qu'une petite minute de silence, qu'une grande avenue de Saint Cyprien porte son nom.

Jeanne 16/11/2016 18:47

Merci Jean-Claude pour ce très bel hommage, mais je ne pense pas que l'ensemble de la majorité de ce conseil se soit senti humilié.

Henri FOURNOLS 16/11/2016 18:42

J'étais venu exceptionnellement à cette séance du Conseil pour honorer la mémoire d'un défunt .
Sans aucune arrière-pensée.
J'ai assisté à l'intégralité de la scène décrite ci-dessus et j'ai dû me contenir ( pas un geste, pas un mot).
L'attitude du maire et de ses colistiers est inqualifiable.
C'était une insulte au défunt qui ne sera inhumé que vendredi prochain.
C'était de l'acharnement post-mortem qui ne doit pas exister dans une société dite civilisée.
Depuis des mois et des années, j'attends qu'un(e) membre des élus majoritaires se lève pour dire :"C'est assez! Conduisons-nous en femmes et hommes responsables!"
C'est la première fois que j'assiste à une telle ignominie dans une cérémonie à caractère funèbre.
Ils peuvent continuer à se faire applaudir dans d'inutiles réunions de quartier.
A dater d'aujourd'hui, ceux qui les soutiennent se rendent complices de leur bassesse, de leur manque de discernement, de leurs outrances et de leur nullité en matière de gestion saine d'une commune.
Reposez en paix, Monsieur Jouandet... mais je ne peux pas vous garantir que ces tristes énergumènes, poussés par la haine qu'on leur distille et inculque lentement, n'iront pas cracher sur votre tombe.

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html