Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2022 3 07 /09 /septembre /2022 20:14
Saint-Cyprien : la farce canaille (suite et…à suivre)

Saint-Cyprien : la farce canaille (suite et…à suivre)

Pour Thierry Del Poso, on ne change pas une méthode qui marche : mentir en "toute bonne foi" pour couvrir ses fautes sans omettre, encore et toujours, d’accuser les autres : en l’occurrence "ses services administratifs, les divers Préfets et Trésoriers" avec une perfide insinuation "sur sa confiance trompée par son ex collaborateur". Un air de déjà entendu ? Peu lui importe !

Hier lors du conseil municipal, le maire s’est ainsi "laconiquement" (SIC) dédouané de nouveau de toute faute personnelle dans l’affaire du contrat de l’ex Directeur du port. Il n’a pas hésité (une fois est coutume) a proféré petits et gros mensonges à "son" conseil municipal en réponse à la question écrite posée par le groupe d’opposition "Rassembler pour Saint Cyprien".

 

A la question écrite demandant au maire d'informer le Conseil Municipal sur les points suivants :

 

1/ Pourquoi  avez-vous signé un avenant à son contrat de travail le 1er juillet 2010 alors que celui-ci n’était pas légal ?

2/ Pourquoi l’avez-vous fait reconduire dans son "illégalité" par délibérations successives durant 16 ans sous votre propre responsabilité de maire et président du port, de 2009 à 2021 ?

 3/ Sur quelle base légale avez-vous fixé le montant de la prime de départ à la retraite de M. Pallarès et ordonné son paiement par le comptable public ?

 

Le maire Thierry Del Poso répond ...

par une flopée de mensonges !

À l’en croire, l’anomalie concernant le statut juridique de M.Pallarès n’a été dévoilée à sa connaissance que postérieurement à son départ en retraite. Selon le maire, ce serait un courrier que lui aurait adressé la Préfecture à propos des conditions de recrutement de son successeur, M.Frédéric Berliat, qui aurait conduit l’avocat consulté par la commune à lui indiquer que le contrat de Directeur du port était obligatoirement un contrat de droit public avec, précise-t-il, une rémunération de l’ordre de 4 000 euros. Et sans scrupule,  le maire-qui-ne-savait-rien (maire et avocat de profession) d’ajouter fielleusement avoir dit à cet avocat que ce n’était pas 4 000€ mais 10 000€ avec un contrat de droit privé dont bénéficiait M.Pallarès depuis 2005 – donc avant notre élection ose-t-il encore déclarer avant d’ajouter " l’avocat a dit ce n’est pas possible et effectivement ce n’est pas possible".

Concernant le passé évoqué (sans peur du ridicule), nous invitons nos lecteurs à (re) lire les articles du blog déjà publiés sur cette affaire ; ils établissent que son affirmation de méconnaissance du statut juridique de l’ex Directeur du port est absolument FAUSSE. Plusieurs courriers, ont été adressés dès 2012 et jusqu’en 2016 par Jean Jouandet au Préfet et au maire sur cette question statutaire. Le maire s’est abstenu à plusieurs reprises et à différentes époques de répondre lui-même à la demande estimant qu’il n’y avait pas lieu d’actualiser le statut du Directeur du Port. Voir notamment :

En vérité, deux personnes, pour le moins, sont parfaitement informées de la situation contractuelle de M. PALLARES depuis 1997 pour l’un, et (a minima) 2009 pour Thierry Del Poso :

Pour l’heure, retenons de ce conseil son "innocent" aveu : Oui l’avenant au contrat existe bel et bien et Oui Thierry Del Poso en est bien le signataire en 2010 … mais il ne savait pas ce qu’il signait !

Bref, contrairement à ses déclarations, il est depuis son 1er mandat parfaitement informé du contrat dont il est l’auteur et partant du coût des rémunérations attribuées à l’ex Directeur du Port.

Pitoyable désinformation du conseil municipal ! Plus encore au regard de la réalité récente lorsque nous la confrontons aux étapes clefs de la procédure de recrutement de son ami Frédéric Berliat, le nouveau Directeur du port. Un contrat qui a du être régularisé par le maire pour lui permettre d’imposer le recrutement de son candidat sans devoir procéder à une procédure d’appel d’offre. Des étapes comportant les dates actant sans aucun doute possible la parfaite connaissance du statut juridique de directeur de port par le maire et cela, contrairement à ses dires, avant le départ en retraite de M. Pallarès.

 

Des mensonges et des dates …

Quand les dates sont têtues … et parlantes …

Le maire a déclaré que l’anomalie concernant le statut juridique de M. Pallarès n’a été dévoilée à sa connaissance que postérieurement à son départ en retraite.

Or,

La prime de départ de M. Pallarès a été versée lors de son départ à la retraite, le 28 février 2021

Or,

Par délibération du 22 octobre 2020, le maire expose au conseil municipal le recrutement d’un nouveau Directeur à compter du 1er janvier 2021. Dans un premier temps, celui-ci occupera des fonctions d’adjoint au directeur puis sera amené à se substituer à l’actuel directeur. La délibération note qu’il est nécessaire de procéder à la création d’un emploi permanent d’Attaché principal pour permettre la nomination de l’agent recruté. Il s’agit bien là d’un agent public.

Par courrier du 28 décembre 2020, le maire adresse à la Préfecture l’arrêté par lequel M. Berliat, attaché principal d’administration est nommé par voie de détachement en qualité d’attaché principal pour une durée de 5 ans à compter du 01 janvier 2021.

Le courrier de la Préfecture évoqué par le maire pour justifier de sa connaissance tardive de l’illégalité du contrat est bien antérieur au départ à la retraite de M. Pallarès. Ce courrier daté du 25 janvier 2021 n’aborde d’ailleurs pas la question du statut juridique du Directeur de port mais il pointe le non respect de la procédure relative au délai de publication de vacance du poste d’attaché principal de M. Berliat.

Enfin, la date de nomination de M. Berliat en qualité de Directeur du port, sous contrat public, est le 23 février 2021, soit avant le départ en retraite de M. Pallarès et le versement de sa prime.

CQFD …

Qu’il s’agisse de sa méconnaissance du statut juridique du Directeur du port ou du versement de la prime de départ en retraite, le maire  a donc menti et continue de mentir au conseil municipal et à ses administrés.

A suivre ...

Partager cet article
Repost1

commentaires

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html