Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 17:00

Le mois de mai qui est dans notre République le mois électoral par excellence incite à réfléchir sur la finalité même de l'élection. Voici pour y contribuer quelques extraits de l'échange publié dans le journal Le Monde du 7 mai entre deux philosophes et historiens réputés, Pierre Rosanvallon et Jacques Rancière, sur le thème " des idées pour transformer une République encore oligarchique".

 

 

 

P.R. : "on assiste à une lente érosion du modèle démocratique, de plus en plus réduit au seul moment électoral. Le problème, c'est qu'à force d'être sacralisée, l'élection finit par aspirer et réduire l'essence même du politique. Or la vie démocratique présuppose un espace de délibération sur la construction du commun en matière de redistribution, d'égalité, de justice, de gestion des différences. Et subsiste la question fondamentale de l'organisation du pouvoir citoyen qui ne se limite pas à l'organisation d'une délégation mais implique, sur un mode actif et permanent, des formes de contrôle, de vigilance, d'évaluation"

....................

"il ne peut pas y avoir de démocratie s'il n'y a pas de partage des formes de savoir, d'information et s'il n'y a pas de délibération vivante sur tout ce qui constitue un monde commun. Revivifier la démocratie doit se faire aujourd'hui au premier chef sur le mode de ce que j'ai appelé une contre-démocratie. Tous les citoyens ne peuvent pas exercer le pouvoir, mais tous peuvent être vigilants et participer au débat public. La contre-démocratie n'est pas le contraire de la démocratie, mais ce qui vient la conforter. Il faut mettre un terme à l'illusion qu'on peut créer un mécanisme simple qui serait pleinement représentatif, où les volontés du peuple seraient parfaitement transmises à des intermédiaires transparents et qui produiraient de bonnes décisions. C'est une vision idéaliste! Il faut qu'il y ait des contre-pouvoirs, des instances de contrôle, des forces de rappel, de rattrapage. Ce n'est pas un hasard si, en Grèce ancienne, on élisait autant de contrôleurs que de gouvernants. "

.........................................................

 J.R. : "  La démocratie, ce n'est pas le choix entre des offres, c'est un pouvoir d'agir. C'est le pouvoir de n'importe qui, de ceux qui n'ont pas de titre - richesse, naissance, science ou autre qui les qualifie pour exercer le pouvoir. Le pouvoir d'Etat ne cesse de réduire ce pouvoir. Il est donc de plus en plus nécessaire qu'il y ait des forces démocratiques autonomes qui aient leurs propres agendas, leurs modes d'expertise, d'évaluation, de contrôle pour armer les gens contre les formes actuelles de la domination".

.................................

 J.R. : "  Pour instaurer de la démocratie dans le fonctionnement de l'Etat, il faut repenser la représentativité et en finir avec ces réunions de notables locaux, ces députés qui ne représentent que des intérêts particuliers alors qu'ils sont censés défendre ceux de la nation. La fin du cumul des mandats est une bonne chose, mais c'est tout le processus d'attribution de ces mandats qu'il faut repenser. Finis les mandats à vie, ils ne devraient même pas être renouvelables ! La démocratie demande une rotation bien plus importante pour qu'il y ait le moins de politiciens professionnels possible."

 ............................

P.R. : "la professionnalisation de la politique est une fâcheuse tendance globale de nos démocraties. Bien des élus n'ont été que des assistants parlementaires, des permanents du parti ou des salariés de l'UNEF après la fin de leurs études. Mais comment lutter contre? On peut en effet souhaiter que les élus restent moins longtemps en poste, mais je pense qu'il est plus efficace de développer de nouvelles formes politiques post-représentatives que de viser à une utopique perfection représentative."

  ...........................

J.R. : "  Il faut effectivement mettre du tirage au sort partout où on le peut. Le tirage au sort est une technique pertinente pour choisir des gens qui incarnent non pas une capacité spécifique mais la capacité commune. Et il faut renouer avec l'idée - longtemps considérée comme juste et normale - de mettre au pouvoir des gens qui n'ont pas de désir du pouvoir et d'intérêt personnel à son exercice ... On doit remettre un peu de précarité en politique. "

 

P.R. : "le tirage au sort est une technique pertinente pour choisir une personne quelconque, parfaite si l'on considère que n'importe qui est capable de réaliser la tâche (dans un jury criminel par exemple). L'élection est, elle, un mécanisme de sélection qui propose explicitement d'appliquer des critères de choix (l'expertise, la capacité à gouverner, le positionnement politique etc.) Il ne s'agit donc pas seulement de doubler les institutions électorales représentatives par des institutions participatives parallèles. Le but doit être de repolitiser ce qui relève de l'élection et en même temps de donner davantage de place au mécanisme de production du quelconque (en matière de délibération, de contrôle, de jugement"

................

 P.R. :"on se trompe si l'on fait de la transparence un objectif et une valeur en soi. Si la transparence des institutions est indispensable et doit se développer de façon illimitée, la transparence des personnes doit, elle, être bien mesurée. Une conception libérale du monde repose en effet sur la séparation du privé et du public. Exposer la vie privée (et donc le patrimoine) n'a de sens que si c'est un moyen nécessaire pour garantir en politique des finalités comme l'impartialité (absence de conflits d'intérêts), la moralité (comportement des personnes), la dignité des fonctions publiques. Mais ce ne sont pas seulement les faits qui comptent, c'est la perception qu'en ont les citoyens qui compte. Il faut donc souvent redoubler les mécanismes préventifs pour endiguer le soupçon, ce poison de la confiance et de la démocratie, dont se nourrissent les populismes."

 

 

 

ça décoiffe et ça donne à réfléchir mais ça confirme aussi nos constats locaux et ce n'est qu'un retour aux sources ... ça donne même des idées : pourquoi pas le tirage au sort ? La discussion est ouverte.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

CITATION 15/05/2013 15:25


ALAIN a écrit "Tout pouvoir sans controle rend fou "


  


debRobert
Bennett affirme


« Si vous arrivez à contrôler le processus du choix, vous pouvez contrôler tous les aspects de votre vie. Vous trouverez la liberté qu’amène le fait d’être responsable de soi-même "

Grr 15/05/2013 14:25


 "pourquoi pas le tirage au sort ? La discussion est
ouverte."                                           
Tirage au sort des conseillers municipaux par exemple ? Je ne demande qu’à
être convaincu. Je comprends en effet que tout politicien,  « spécialiste » auto-proclamé de la conduite des sociétés, produit, avec la
complicité des règles démocratiques, de la légitimité pour lui-même et ses idées ; ce faisant, il assèche les autres initiatives issues de participations « profanes », conçues hors
du sérail.  Je comprends aussi que ce « spécialiste » est essentiellement tourné, dans le meilleur des cas, vers la vérification de ses
hypothèses et vers leur établissement que sa soi-disant expertise adoube ; et, dans le pire des cas, ce sont ses intérêts personnels qui valident son action qui n’a alors rien d’altruiste.
Alors, pourquoi pas des tirés au sort, effectivement ? Tenus j’imagine à signer dès le départ une charte de bonne conduite ; tenus j’imagine à entrer en formation à peine investis dans
leur responsabilité ; tenus j’imagine à expliquer et rendre compte tout au long de leur mandat ; tenus j’imagine à quitter ces responsabilités après une ou deux mandatures
maximum ; … ces dispositions s’appliquant bien entendu à toutes les formes de pouvoirs, locaux, régionaux, nationaux… Une 6ème République en somme. Et si on l’instituait à
Saint-Cyprien ?


 


 

pugnace 15/05/2013 15:50



chiche !



Idéal. 13/05/2013 00:45


"mettre au pouvoir des gens qui n'ont pas de désir du pouvoir ni d'intérêt personnel à son exercice ..." voilà qui serait novateur. Je prends! Mais ne
pensez-vous pas que le temps n'est pas vraiment aux engagements désintéressés?...

pugnace 13/05/2013 09:15



il est plus que jamais aux engagements sincères, ce qui est déjà presque synonyme de désintéressés



Otto 12/05/2013 21:49


C'est vrai que la démocratie nous à fait un coup du mauvais sort. Le pire serait de tomber plus mal.

pugnace 13/05/2013 09:17



en politique où rien n'est jamais garanti "bon et durable" il faut savoir choisir le moins mal donc éliminer celui qui dans le passé s'est déjà révélé mauvais



  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html