Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 novembre 2013 6 02 /11 /novembre /2013 06:00

Ce que nous publions ci-dessous se veut une contribution au débat qui agite notre société chaque fois qu’un fait divers met en avant les incivilités ou la délinquance des jeunes. A notre avis, ce correspondant s’appuie sur une analyse trop générale pour prétendre répondre au problème et épuiser la question. Mais il nous fait remarquer que le sujet trouve sa place dans le chantier du « vivre-ensemble », au cœur de toutes les échéances démocratiques. Nous sommes d’accord sur ce point. Voici donc ce qu’il écrit :  

« L’actualité foisonne de faits divers qui montrent des enfants, juste adolescents pour la plupart, dans des rôles trop grands pour eux, jouissant de tout et réclamant, avec la force des caprices insatisfaits, une liberté d’action à laquelle ni leur éducation ni leur jeune âge ne sauraient les avoir préparés. Face à eux, un monde adulte qui, par paresse ou conformisme, hésite à user de son autorité et refuse ainsi d’assumer ses responsabilités, par démagogie ou lâcheté. Parents, éducateurs ou politiques, le plus souvent complices complaisants ou dépassés,  acceptent d’installer  dans une toute puissance sacralisée, et cela dès leur premier âge, les jeunes générations qui disposent en conséquence du pouvoir et des moyens de faire et d’agir alors même qu’elles n’ont encore ni la structure mentale ni les mots, ni les cadres sociaux ni les clefs, pour « comprendre le monde » et s’affranchir comme il se doit de leurs aînés.

 

Redoutable liberté que celle de ces jeunes, liberté prématurée qui s’exerce ainsi sans conscience et ne s’appuie que sur des désirs. Redoutable responsabilité de ceux qui exposent ainsi les enfants au nom de leur prétendu bonheur, au lieu de les protéger en les laissant dans leur âge d’enfants, le temps que se développent leur réflexion, leur jugement et un véritable esprit critique. Redoutable société où l’on peut certes apprendre des autres et de l’expérience jusqu’à la fin de ses jours, mais  « sans jamais s’éduquer pour autant. »

 
Poser ce constat, c’est déjà tracer une ligne de conduite, faite d’exigence envers cette jeunesse qu’il faut éduquer en lui apprenant la patience, le respect de soi et des autres et le sens de tout contrat social. Son émancipation, nécessaire à son évolution, n’en sera plus tard que mieux instituée et plus féconde.


 Mais poser ce constat, c’est aussi prescrire ces mêmes exigences aux adultes, qu’ils soient décideurs, faiseurs d’opinions ou simples citoyens.  Sans cette réciprocité exemplaire, nul n’est fondé à donner des leçons au jeune âge impatient et sensible et dont le principal handicap repose sur l’incapacité de ses aînés à l’introduire efficacement « dans un monde qui ne l’attend pas ».

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

Grr. 03/11/2013 20:30


A n° 6. La population adulte dans son ensemble
est mal venue pour donner des leçons.  C’est elle qui a autorisé la mise à mal de notre contrat social, par manque de clairvoyance ou  par égoïsme, ou encore, pour les plus
engagés, par l’échec des lignes politiques suivies. Cette conscience, qui lui vient au contact des impatiences ou des misères qui se révoltent, ne la désigne donc pas forcément comme un possible
« docteur » même si elle analyse sans complaisance ses dérives et renoncements plus ou moins consentis au fil des années. Pourtant son (mauvais) exemple nous apprend qu’on ne gagne rien
sur la durée à baisser les bras ou à jouer « perso »; que collectivement on peut mieux défendre l’intérêt général, garant sur le long terme des intérêts particuliers. Mais pour cela, il
faut que le changement s’opère d’abord  à la base, dans notre quotidien et dans notre rapport aux autres. Je ne saurais trop conseiller au « jeune pas forcément idiot » du
commentaire 6 de s’engager à son tour pour mettre en avant, en toute conscience et grâce à ses talents, ses besoins mais aussi sa vision plus généreuse, plus exigeante et plus ouverte de la
société.  Les temps s'y prêtent et notre ville, Saint-Cyprien, pourrait être pour lui et pour d’autres de son âge, un bon terrain d’application. Tout y est réuni pour enflammer les
désirs de justice et rétablir la fraternité.


 


 

En attente 02/11/2013 16:49


Je suis jeune mais pas forcément idiot. Je sais voir autour de moi. Je vois des
copains de mon âge conduire des BMW sans vraiment savoir ce qu’ils ont fait pour se payer ce train de vie. Je suis tenté…Je vois l’argent couler à flots dans les espaces sportifs, les lieux de
pouvoir et certains quartiers chauds. La télévision, en me montrant des réussites, me renvoie à ma médiocrité de stagiaire perpétuel moi qui avais des rêves simples de famille et d’enfants. Les
syndicats défendent la retraite à 60 ans  alors qu’à 30 je n’ai encore rien commencé de solide. Je suis encore jeune mais pas forcément idiot. Je
reçois des conseils de toutes parts moi qui, bardé de diplômes, viens tout juste de décrocher avec bonheur un boulot municipal au SMIC. Les politiques me parlent de démocratie, de vertu et
de patience  mais je n’arrive pas à les prendre au sérieux. Ils ne connaissent rien de ma vie alors que moi je lis la leur dans la rubrique
scandales.  Finalement, je ne suis plus tout à fait jeune mais toujours pas idiot. Je sais voir autour de moi. Qu’en pensez-vous docteur? Est-ce
grave ? J’ai mal.

Grr 02/11/2013 12:06



A petite-fille de pêcheur :
votre grand-père  a  peur, vous avez raison. Il a peur parce que comme beaucoup d’autres personnes il ne
peut pas comprendre  que les recettes de « son » époque ne soient pas appliquées  comme il les
a subies lui-même. Il se trouve donc désarmé et sans réponse face à ce qui défait notre plaisir de vivre ensemble. Et puis, il a tendance à embellir son passé et ce qu’il a connu. N’empêche qu’il
a raison de craindre les évolutions de notre société lorsqu’elles se font sans égard pour les pions que nous sommes, aussi bien les jeunes que les personnes plus âgées. Localement, parce que nous
nous connaissons tous, il y a des choses à faire et à mettre en place, dans un grand élan de volonté partagée. Mais, comme le commentaire 4, je suis sûr que l’actuelle municipalité n’a pas
l’autorité morale nécessaire pour créer ce mouvement.

Prévention 02/11/2013 10:29



Jusqu’où devra-t-on aller dans les effectifs de police et gendarmerie, dans l’armement, la surveillance par caméras , pour contrer ce qui, au départ, n’est qu’un problème d’éducation ? Ne
peut-on pas s’appuyer sur les parents,  les associations, les écoles et les collèges, pour éviter ce qui se dessine ? Y a-t-il un lieu identifié
où ces choses se débattent ? Pas le conseil municipal en tout cas où rien n’est discuté.  Si nous ne sommes pas capables de régler les
incivilités et les dérapages dans une petite commune, on est mal partis ! Il nous faut un sursaut citoyen et collectif mais il ne passera pas par l’actuelle majorité municipale, peu
crédible.



 



 

proximité 02/11/2013 10:10


On a tout faux à Saint-Cyprien :
 y a pas d’exemplarité pour montrer le chemin aux jeunes et notre police municipale est trop occupée à des tâches qui ne sont pas son cœur de
métier ! En plus, on les mutualise pour servir dans des zones moins concernées, donc moins de proximité pour nous !

petite fille de pêcheur 02/11/2013 09:59



Tout ça s’est bien beau dit mon grand-père mais à mon époque une saison en mer remetait les idées en place. Les jeunes faisaient parfois des c...aussi mais ils comprenaient la vie et respectaient
les ainés parce qu’ils les voyaient trimer. A l’époque s’était pas une question d’exemple mais de néssecité. Je dis à grand-père que les temps ne sont pas pareils mais lui il dit que les hommes
sont les même et que si on laisse faire sa finira mal. Donc il est pour une explication franche de ce qu’on veut faire. Et il ajoute qu’il veut savoir aussi la place qu’on réserve aux vieux. Je
crois qu’il mélange un peu tout parce qu’il a peur.

Grr 02/11/2013 09:07



Il est exact que ce problème « des jeunes » empoisonne comme un marronnier le débat politique. Et rien ne se règle ! Mais peu à peu les positions se radicalisent peut-être
justement parce que de tous bords on évite de regarder la question en face. J’aime bien l’idée que le devoir du monde adulte est « d’introduire » le jeune dans le monde. Cela
suppose des fondamentaux éducatifs à mettre en place très tôt, une formation qualifiante et un accueil assuré dans le monde du travail. Une bonne dose de psychologie également tout au long du
processus. Avec ce type d’engagement, l’exigence envers les jeunes prend toute sa légitimité y compris le volet « punitif » si nécessaire. Sans engagement dans ce sens, l’exigence
envers les jeunes n’est qu’hypocrisie.


 

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html