Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 05:10

L'ère Bouille est achevée. Les hommes ont changé, mais les méthodes perdurent et prospèrent. Le clientélisme, ce mot revient souvent dans les propos des Cyprianais en écho des dérives passées et des incohérences gestionnaires des élus actuels de la ville.

 

De quoi parle-ton ?

La décentralisation a eu un effet de souffle sur des pratiques auparavant considérées comme exotiques. Le clientélisme a toujours existé mais ses effets étaient mineurs tant que les politiques locaux avaient un pouvoir limité en compétences et soumis à un contrôle fort de l'Etat. A partir du moment où l'on a transféré massivement des moyens financiers et des compétences, on est passé dans un autre espace auquel les esprits ne sont pas encore formés et par rapport auquel les dispositifs légaux restent en retard.

Le clientélisme n'est pas une politique. C'en est même le contraire, la négation. Les pratiques clientélistes ignorent le contenu des affaires publiques. Il n'y a pas d'engagement citoyen sur une réflexion de fond ou des perspectives. Il s'agit clairement d'un engagement entre les personnes, de l'une à l'autre.

 

Comment ça marche ?

Le coeur du clientélisme réside dans le vote : "tu votes pour moi". Avec en échange une contrepartie du genre "et moi je t'embauche, ou j'embauche ton fils, ta fille, ta femme, ton cousin, ta cousine, quelqu'un dont tu es garant par rapport à moi et qui t'oblige envers moi". La contrepartie se décline en offres diverses, embauche, logement, subventions... bref en avantages qui scelle ce pacte humain. La mairie de Saint-Cyprien ressemble un peu plus chaque jour à une pension de famille.

L'échange est basé sur les moyens d'action qu'offre l'argent public. Les principaux objets de l'échange sont l'emploi public (offre / promotion ) mais aussi le logement. A ces deux moyens d'action traditionnels, le clientélisme moderne ajoute les subventions ou aides matérielles octroyées par la municipalité aux associations. Selon leur nature, la contrepartie sera pour celles-ci de relayer "la bonne parole de l'élu" ou de faire "les bons choix" dans les conventions qu'elles mêmes pourraient avoir à passer avec d'autres intervenants (par exemple, le collège privé qui souhaiterait organiser des stages sportifs). C'est la stratégie de la toile d'araignée qui permet de tisser et densifier le réseau de futurs électeurs mais aussi d'étouffer les contestations. Mme Nègre cible si bien son activité en ce sens qu'elle en oublie les Restos du Coeur, ces "exclus" qui n'offrent pas à ses yeux de contrepartie.

Dans tous les cas, l'attribution de l'échange est personnalisée, c'est à dire qu'il ne faut pas qu'il y ait un droit ; on ne s'adresse pas à un ayant droit, on ne s'adresse pas à un allocataire. "Parce que je le veux, toi tu auras ce que tu me demandes". L'attribution de l'avantage doit être arbitraire, sinon tout le système s'effondre.

On va donc s'employer à rendre la gestion des services publics la plus opaque possible. Cela implique que les commissions d'attribution doivent être "bidons", les appels d'offre (emplois / marchés publics...) fictifs, ou virtuels, sans réelle publicité, comme ce fut le cas pour le recrutement de M. Humpage ou la "vente" du camping Al Fourty, les décisions mêmes les plus simples doivent devenir aléatoires, comme ce fut le cas avec le mauvais feuilleton sur la constitution de partie civile ou dans un ordre d'idée différent, la décision d'obtempérer à la décision de justice pour tenir le conseil municipal extraordinaire (après refus par voie de presse) et au final de saborder ce conseil. Désinformation, dissimulation, annonces ponctuelles avec mise devant le fait accompli, d'où l'urgente nécessité de "virer" les élus de Pugnace des postes d'observation, l'Epic Tourisme, Port et Sud Roussillon. Cette opacité organisée nécessite l'absence de critères objectifs  d'évaluation : ni bilan, ni audit, ni analyse prospective. L'audit financier promis lors de la campagne n'est toujours pas fait, pas plus qu'un plan de redressement de la dette. Aucune étude chiffrée n'a été faite sur les marges de manoeuvre de la ville, ni aucune analyse sur ses capacités d'investissement. Même vide en matière d'urbanisme, de politique touristique, culturelle, patrimoniale... On comprend mieux à quel point les élus de Pugnace pouvaient gêner, eux qui n'ont eu de cesse de réclamer ces évaluations. Leur mise à l'écart permet, le maire l'a dit et répété, à l'équipe de "travailler" sereinement. "Travailler", mais à quoi ?

 

                                                                                                                                                                                à suivre

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

montitiamoi 25/10/2010 18:55



Regardez les pendant le conseil municipal ca se fait des risettes, on mange des bonbons, on mâchouille, on crayonne rien "a foutre" ces eux les moins que rien, que veulent-ils prouver? leur
incompétence est connue de tous, leur lacheté aussi!



oursinade 25/10/2010 11:30



En prenant que des plus que médiocres on pousse st cyp vers un abyme de bétises et de bassesses . Il manquerait plus qu'ils se marient et se reproduisent entre eux!!!


Qui va etre manger par les lions et qui va avoir sa place au cirque ?



VINGT COMPLICES très soudés 25/10/2010 09:11



Le corollaire de ce clientélisme au niveau des attributions d'emplois est la pression ( menaces et chantage ) exercée sur les autres employés.


En ce moment, la plupart sont comme tétanisés par l'attitude du "groupe des vingt".


Car des menaces sont mises à exécution.


On en met certains au "placard" ( privation totale d'activité pour les pousser à démissionner ). Les licenciements abusifs ont commencé pour régler des comptes politiques. On pousse, comme à
l'EPIC, des employés à dénoncer leurs collègues. Des responsables de services sont "coiffés" par des copains du "groupe des vingt" et savent très bien que Del Poso et ses complices vont les
pousser vers la sortie.


 


Tous ces tripatouillages indignes d'une démocratie vont se terminer forcément devant les tribunaux. Del Poso, Pineau, Berliat, Figueras, Sirvente et les 15 autres n'en ont rien à fiche... puisque
ce sont les contribuables qui vont payer tous les frais de justice et les avocats.


 


Pendant ce temps, sur son matelas d'euros, Patrice Bertrand se la coule douce. Et Montor et Bolte vivent toujours à nos dépens !!! Et Humpage le grand chrétien est chargé du nettoyage des
opposants dans  l'EPIC...


 


C'est à vomir.



  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html