Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 08:00

On vous avait cité parmi les défenseurs de la commune Me COULOMBIE de Montpellier. C'est exact mais il faut préciser que ce cabinet regroupe également un Monsieur CRETIN et ce qui est plus charmant un Monsieur ROSIER, le tout "place du marché aux fleurs" à Montpellier. Mais ceci n'est anecdotique. Si nous revenons sur les honoraires payés à ce cabinet c'est en raison de l'objet de la consultation qui lui a été demandée.

 

Le maire a rendu compte au Conseil du 9 mars 2010 du règlement d'honoraires de 1913, 60 € à ce cabinet "suite à la consultation relative à la situation administrative du DGS". Traduisons: DGS = directeur général des services. Aujourd'hui on n'en connaît qu'un, MONTOR. M . MONTOR est le DGS figurant sur l'organigramme de la ville; interdit un certain temps par la justice de fréquenter la mairie où il a fait la démonstration de son savoir-faire il aurait retrouvé une certaine disponibilité l'autorisant à demander à la mairie de subvenir à nouveau à ses besoins financiers (car cigale des années Bouille il se retrouverait fort dépourvu et de nouveau candidat aux fonds publics).

 

Donc on a consulté à Montpellier, ce qui voudrait dire qu'à Saint-Cyprien on n'est pas capable de gérer ce problème, ce qui entre nous n'est pas étonnant. Ce qui voudrait dire aussi que les réponses données de Perpignan ne conviennent pas ou ne suffisent pas pour régler la question MONTOR. La question c'est, en simplifiant: MONTOR on s'en débarrasse pour satisfaire l'opinion publique (et la morale) ou on lui graisse la patte pour qu'il nous fiche la paix ?

 

Pourtant il y a un cabinet que la mairie consulte régulièrement. La ville (du temps de Fontvieille) a même passé un contrat d'assistance triennale avec lui, c'est la SCP HENRI-GALIAY-CHICHET. Et Me CHICHET a dès le mois d'octobre 2009 fait un long rapport analysant (bien) la problématique MONTOR et donnant au maire le mode d'emploi pour lui verser pendant 5 ans son traitement à ne rien faire d'autre que lire l'Indépendant, préparer sa défense en justice et attendre à la maison que sa femme rentre du bureau pour lui narrer les dernières nouvelles de Saint-Cyprien.

 

Alors, a-t-on voulu faire confirmer par un professionnel régional l'avis local (pour impressionner le troupeau grégaire qui va devoir approuver le deal) ? A-t-on cherché une autre solution, plus avantageuse? (et pour qui?) va-t-on vers une "transaction" ? on adore ça en mairie: quand on ne veut pas respecter la loi, on transige, on fait des compromis, on s'arrange. Veut-on simplement donner une teinture juridique à un accord déjà passé secrètement, honteusement?

 

Constatons puisque c'est la seule information qu'on livre au brave pékin qui paye: constatons que ça a couté 1913 € alors que la consultation Chichet est couverte par le forfait de 71 600 € par an. 

 

Rappelons que déjà le maire avait gaspillé (au moins) 1794 € au profit de Me Nicolay avocat au Conseil d'Etat pour introduire un appel en cassation contre l'ordonnance de référé du 25 mars (sur le conseil municipal extraordinaire) : eh oui! la ville a introduit 2 recours devant le Conseil et a été obligée de les retirer quand on (NICOLAY sans doute)lui a fait admettre que c'était sans espoir. Le maire (et son dir. com) se sont bien gardés de nous informer de ce désistement daté du 6  mai et qui est un repli pitoyable et couteux. 

 

1913 + 1794 € ce n'est pas beaucoup, mais c'est un exemple du coût quotidien de l'incompétence municipale.  Bien sur, quelque comparse va aussitôt proclamer que s'il faut payer des avocats c'est la faute à Jouandet ce mégalo qui confond les carrossiers et les avocats, que c'est la faute aux Pugnace qui ne font rien que critiquer. Nous disons plutôt, ce qui est écrit ci-dessus le démontre, que c'est la faute à la loi pour ceux qui veulent tourner la loi à leur avantage.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

BonSens 28/07/2010 17:35



L'imposture. Le candidat Del Poso a trompé les urnes en surfant sur le contexte de "l'affaire Bouille". Son programme ciblé sur
l'attente légitime de moralisation et de rigueur gestionnaires exprimée par un électorat sous le choc, ce programme est passé à la trappe du Maire Del Poso. Depuis, l'exercice du
pouvoir s'installe dans la supercherie. Le maire délaisse les affaires publiques , il n'est pas homme de gestion, il est homme de pouvoir. T.Del Poso ne construit pas une
politique communale, T. Del Poso détruit le débat public pour asseoir sa gouvernance. Son action toute entière ne tend pas au bien commun mais à l'élimination de ses contradicteurs, de ceux
qui s'opposent à l'autocratie du maire et d'une poignée d'élus.


L'exemple de la question de la constitution de partie civile démontre, une fois de plus, cette stratégie manoeuvrière d'accaparement du pouvoir.


Le 6 juillet dernier, en séance du conseil municipal, le maire déclare :  "Enfin, pour ce qu'il en est aujourd'hui, nous nous sommes constitués
partie civile". Au préalable, il indique (faussement candide) : "il y a un peu de flottement, d'incompréhension sur ce point là"... Il est vrai que les déclarations
contradictoires du Maire ont alimenté ce mauvais feuilleton durant des mois. Nous voici enfin informés et n'en doutons plus, la commune s'est bien constituée partie civile dans l"affaire
Bouille".


Pourquoi avoir attendu si longtemps pour nous donner cette information ? Il aurait été simple de lever toute ambiguïté, toute polémique, en l'annonçant plus tôt et en
présentant aux citoyens - à leurs représentants élus - le document officiel actant et datant cette constitution de PC. Un maire responsable aurait sans aucun doute agi ainsi.


Cette question soulève plusieurs hypothèses qui peuvent se cumuler.


La date de la constitution de PC que l'on ne connaît toujours pas, le maire jouant de l'équivoque avec la date (25/01/2010) du recours à un avocat. A ce propos il nous trompe sur
le temps pris pour cette décision en déclarant : "il a été question avant de se constituer partie civile de consulter évidemment des avocats". "L'évidemment" est loin d'être une évidence puisque la constitution de PC ne nécessite pas de
recourir à un avocat. Autre contre vérité, l'affirmation répétée du Maire quant à l'intérêt de cette constitution de PC qui n'interviendrait que lors de la clôture de l'instruction.
Affirmation noyée dans l'évocation de la complexité de cette procédure avec - un peu d'intox facile - son énumération des divers actes d'expertise etc... Le maire nous "promène" car il
est bien évident que le temps pris dans la connaissance du dossier freine, voire élimine la possibilité d'éventuelles procédures disciplinaires à l'égard de cadres municipaux mis en
examen. Procédures qui pourraient aboutir à leur révocation et économiser à terme quelques milliers d'euros à la commune. Il ne serait plus question ni de licenciements, ni de congès
spéciaux. Cet argument défendu par les Pugnace est rejeté par le maire qui semble toujours confondre, avec une sereine assurance, procédure pénale et procédure administrative.


L'autre explication de ce jeu de cache cache mené depuis 10 mois par le maire pourrait être la tactique du leurre. T.Del Poso agite ce chiffon rouge de la constitution
de PC à la face de ses opposants qui, légitimement, veulent savoir ce qu'il en est de la défense des intérêts de la commune. Le jeu du Maire : exciter les doutes et pièger les "trublions"
en les incitant à porter d'"injustes" accusations à l'encontre d'un maire "respectueux de son engagement". Un numéro de contorsionniste (domaine de
prédilection du maire) qui vise à discréditer ses opposants. Peut-être a-t-il même utilisé l'argument pour gagner les consciences de ses élus de la majorité dans l'opération d'épuration de
l'EPIC.


Cette manoeuvre politicienne ne trompe cependant que ceux qui veulent bien l'être. Un maire responsable et digne de sa fonction n'use pas de
tels artifices pour fausser le débat public. Aux questions claires - de cette importance surtout - il se doit par respect de ses administrés d'apporter des réponses claires et précises. Comme il
se doit d'accepter le débat contradictoire et de respecter les demandes de l'opposition. Cet exemple, révélateur d'une dérive du pouvoir bien éloignée du bien collectif,
est un véritable camouflet pour la morale démocratique.



pugnace 28/07/2010 17:41



cette analyse devrait être méditée par tous, partisans aveugles du maire et opposants peu méfiants de ses roueries procédurières. On y reviendra, merci BONSENS



le car ioneur 28/07/2010 16:47



je me permet d intervenir car un elan de poesie est venu me perturber aujourd'hui


donc pour ne pas rester avec ca sur le coeur , je m'exprime


http://www.dailymotion.com/video/xe6m44_la-fable-de-saint-cyprien_fun



Laocoon. 28/07/2010 13:03



Espérons au moins que l 'ineffable Françis Montor met ces vancances de milllionnaire à profit pour lire nos blogs,et en sucer la substantifique moelle.


Quant à son épouse,comme chacun le sait,elle a été nommée dans des conditions que la morale,le code des collectivités, et la justice réprouvent.


Comment donc est il possible qu 'elle soit revenue "aux affaires",où et à quel grade ?


 


Quand vont débuter les poursuites?



  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html