Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2015 2 25 /08 /août /2015 17:12

En ce mitan de l'année et du mandat présidentiel, le constat est angoissant: l'Etat fout le camp. Les hommes, les services, l'autorité.

 

Les hommes de l'Etat décampent, ne les qualifions pas d'hommes d'Etat: ils fuient l'Etat. Le ministre du Travail préfère l'écharpe de maire de Dijon à son maroquin. Celui de la Défense brigue la présidence du Conseil régional de Bretagne. Et, désertion hautement symbolique, le président de l'Assemblée nationale "ambitionne" celle de la région parisienne: le 4 ème personnage officiel de France se replie sur l'île de France. Quel glorieux trio !

Car pour ces élus nationaux de premier plan qui se carapatent  c'est bien un repli d'agrément, un repli sous la tente d'un fief territorial, plus aisé à maîtriser et plus durable, mais qui n'est pas moins confortable et avantageux que leur charge nationale à responsabilité et à risque. Les voilà donc qui, après avoir gravi les degrés du pouvoir, du niveau local jusqu'au sommet de leur ambition, les voilà qui retournent au pays, honorés et titrés, comme des émigrants fortune faite, désireux de retrouver, parmi leurs proches, la sérénité du terroir et de s'y ancrer forts de leur notoriété, de leur carnet d'adresses et de leur expérience supérieure.

 

C'est la magie politique de la décentralisation, la magie de l'aller-retour glorieux. A l'aller, le pouvoir local est un marche-pied solide, parfois un tremplin puissant, qui propulse de la commune au  département ou à la région, puis au gotha de l'Etat, le Parlement et même pour les plus habiles le nec plus ultra ministériel. Mais la décentralisation c'est aussi en retour le hâvre, prestigieux et sécurisant, en forme de donjon robuste et rayonnant sur son fief, où le chef grisonnant et lassé vient savourer les fruits de sa carrière tout en exerçant un magistère respecté et puissant, ce qui du reste ne veut pas dire inefficace. Ce faisant la décentralisation sape l'Etat, en aspirant ses cadres politiques, y compris des 1ers Ministres de qualité comme naguère Raymond Barre à Lyon ou actuellement Alain Juppé à Bordeaux. De même que, dans sa croissance effrénée (sans frein ni contre-pouvoir), elle sape par la montée des féodalités et par l'effacement du contrôle de légalité l'universalité de la loi républicaine nationale.

 

Simultanément les services de l'Etat, déjà amaigris et affaiblis, vont être emportés, écartelés, déboussolés, dans le suivisme territorial. On dissèque laborieusement les services régionaux de l'Etat et on se décarcasse pour les répartir entre les ex capitales régionales (ici Toulouse et Montpellier) de façon à ménager les sensibilités des élus et la tranquillité des fonctionnaires. N'aurait-il pas fallu d'abord s'interroger sur la nécessité de ce double déménagement? Qui dit décentralisation dit découplage de l'Etat et des collectivités: c'est la fonctionnalité spécifique de chacun, et elle seule, qui doit inspirer leur organisation. La question clé est donc : à quel niveau, dans quel cadre, l'Etat est-il le mieux placé pour exercer efficacement ses responsabilités?

 

Réponse d'évidence: la répartition des missions entre l'Etat (fonctions régaliennes) et les régions (fonctions économiques essentiellement) n'impose pas que l'Etat se calque, plus ou moins totalement, sur le périmètre régional.

 

Les impulsions de développement économique ont des chances de gagner dans ce regroupement régional un effet de masse porteur de dynamisme accru. En revanche les structures étatiques d'unité nationale, de solidarité, d'homogénéité politique et sociale ne sont pas soumises au même impératif de dimension: les fonctions de cohésion justifient au contraire la préservation d'une réelle proximité de l'Etat, donc d'un réseau de services plus resserré et d'une circonscription interdépartementale inchangée. La confusion des structures (Etat // région), fut-elle bricolée pour sauvegarder des intérêts politiques ou apaiser les syndicats, relève encore d'une option unificatrice, contraire à l'objectif de briser les carcans hérités de l'histoire. La disparition (depuis 1982) de la tutelle de l'Etat sur les collectivités territoriales aurait dû conduire logiquement à dissocier leurs géographies. Il n'est pas nécessaire, il n'est même pas sain, que l'organisation de l'Etat soit calquée sur celle des régions agrandies. Le maintien d'un contrôle de légalité, qui est le ciment de l'unité nationale dans le respect de la loi commune, ne peut être efficace que de près. Et, vu le dépérissement (moral et organique) des préfectures sur ce créneau, il ne peut retrouver quelque réalité qu'avec l'appui, donc la présence proche, de services techniques (sur l'urbanisme, l'environnement, les finances ou les marchés par exemple) : la dispersion ou l'éloignement de ceux-ci dans le maelstrom régional aggravera les défaillances actuelles du système et favorisera les dérives de la décentralisation.

 

Défaillances de services qui ne répondent plus aux questions. Ou prétendent en poursuivre l'étude ... sans fin, comme les mauvais étudiants ... sans fin et sans conclusion ni action, comme par crainte de la confrontation et par souci de la tranquillité locale. Ou qui jouent clairement la défausse sur ... la décentralisation.

 

Et, inévitable conséquence, défaillance de l'autorité elle-même que les élus locaux n'hésitent plus à dénoncer publiquement. L'actualité récente vient d'en fournir deux exemples révélateurs car ils émanent l'un d'un élu communiste (le maire de Cabestany), l'autre d'un UMP (je répugne en l'occurence à écrire "les républicains") le maire de Saint-Cyprien, tous deux stigmatisant l'inaction des services de la République et de l'Etat en ce qui concerne l'accueil des gens du voyage.   Exemples d'autant plus graves qu'ils n'ont suscité aucune réplique de la représentante de l'Etat ainsi mis en cause et dont le silence entérine de fait la critique.

 

On approche du dernier stade de la désétatisation: celui où les élus nationaux (donc l'Etat) ne misent que sur la décentralisation, qu'ils érigent en démocratie idéale (la proximité devant garantir l'efficacité de gestion et la transparence ... on sait ici ce qu'il en est !), démocratie idéale pour eux car ils se l'approprient et la personnalisent à leur guise, tout en accusant l'Etat de tous les faiblesses. Lequel Etat semble désormais remettre aux élus locaux la gestion du terrain et des citoyens se réservant seulement celle de l'urgence, de l'exceptionnel et des drames. La décentralisation ainsi sacralisée et personnaliée transforme peu à peu les préfectures de l'Etat en légations diplomatiques et en Samu administratif: légation en terre féodale, cantonnée à un agenda de rencontres souriantes et de communication, et dont la présence ne reprend forme et force - c'est le Samu administratif - que face à l'évènementiel et à l'urgence de crise, de catastrophe, de conflit ou de drame qui trouble le cours du quotidien.

 

La décentralisation détricote l'Etat, en aspirant les hommes, en féodalisant la gestion administrative, en distanciant son pouvoir personnel de l'autorité nationale, de la loi et de la démocratie. Erigée en idéal de super-démocratie nationale par ses élus, elle tend à dégénérer en post-démocratie, démocratie de façade abritant une nouvelle autocratie territoriale. Trop d'Etat, c'est vrai, étouffait l'Etat mais insufisamment d'Etat ne recrée pas la démocratie et trop de décentralisation les menace tous deux.

_______________________________________________

  Le commentaire de Psittacus

 

Bien sûr, bien sûr " trop d'impôts tue l'impôt", "trop de communication tue la communication" et on le craint à juste titre "trop de décentralisation tue la décentralisation"

 

mais - faut-il s'en réjouir pour l'équilibre bio-éthique de notre planète? - "trop de conneries ne tue pas les cons"

____________________________________________________

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

Argos 30/08/2015 09:56

Pas de vagues, c'est le nouveau système mis en place par les gouvernements, est-ce la télévision qui mène la France. On peut se le demander (Les gens du voyage) paralysent l'autoroute jour de retour de vacances et aussitôt on fait sortir un fils de sa prison. Un ministre dit une vérité aussitôt on lui interdit de parler - La Langue de bois abreuve un peuple désinformé, apeuré et mal gouverné.
La justice se plie devant les risques de déplaire au prix du ridicule. Quand la politique rentre dans le prétoire la Justice en sort.
Les pantins ont tout fait pour monter au gouvernement, ils redescendent aussitôt.
La chienlit

balai 26/08/2015 12:14

Une analyse implacable qui malheureusement ne saurait être contestée.Cet état de fait(s) ne rend pas optimiste sur la suite des évènements. C'est ce en quoi nous avons cru et ce sont nos vies, qui se "détricotent" peu à peu. Et nous ne pouvons nous en prendre qu'à nous-mêmes: ceux qui mènent la danse nous ressemblent et nous les avons choisis. De quelque bord qu'ils soient, leurs convictions, (certains en ont), ne résistent pas à leurs appétits, que ces appétits soient bassement économiques ou qu'ils tournent autour de la soif du pouvoir et du carriérisme, tout cela finissant d'ailleurs par se croiser et...s'entrelacer. A minima, il serait d'utilité publique de balayer régulièrement et sans état d'âme, ceux que les faiblesses de notre système de représentation électorale promeuvent sous couvert de démocratie.

Argos 26/08/2015 07:38

Terrible constat de cette France qui a coulé et continue de couler. Les évènements récents sont commentés par des journalistes incompétents et prudents à la botte du pouvoir et n'apportent aucune analyse réelle. Le niveau de conscience baisse à une vitesse stupéfiante.
Le pouvoir essaye de dissimuler son incurie derrière des artifices de représentant de commerce, des trompe l’œil qui ne sont que des trompe-couillons.
Ça ne peut pas finir bien, ça finira mal.

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html