Vendredi 18 avril 2014 5 18 /04 /Avr /2014 07:00

Le  maire sortant a dans son programme électoral promis de maîtriser les coûts "par le biais de la mutualisation des dépenses"

 

Le président réélu de Sud-Rousssillon indique dans le document présenté à l'appui du débat d'orientations budgétaires les taux de contribution de chaque commune aux budgets de l'intercommunalité. En lisant ces pourcentages on comprend bien que les synonimes de  biais sont artifice, détour, expédient. Les participations de Saint-Cyprien aux ressources de l'intercommunalité sont de 72 % pour le budget général et de 69 % pour l'eau et l'assainissement. 

 

Quand Sud-Roussillon finance la réfection des salles des associations aux Capellans pour 1 million d'euros, ce sont les contribuables de Saint-Cyprien qui payent 720 000 €. Si Sud-Rousillon subventionne, un jour, à 50 % le gymnase promis aux électeurs, les contribuables de Saint-Cyprien paieront directement la moitié soit au moins 2 millions plus 72 % de l'autre moitié soit 1,440 millions soit au total 3 millions 440 ... sans compter les dépassements.

 

En clair, et là il n'y a pas mensonge, le contribuable communal se fait biaiser par le dépensier intercommunal.  

Par pugnace
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Mercredi 16 avril 2014 3 16 /04 /Avr /2014 12:00

 Sur le même sujet - les équipements réalisés par la communauté de communes Sud-Roussillon - voici en moins d'un mois deux écrits contradictoires qui émanent chacun d'une autorité présumée compétente:


 

1. l'un, c'est le maire sortant qui dans son programme électoral intitulé "nos engagements 2014-2020" écrivait en page 4 que "le travail avec Sud-Roussillon avait porté ses fruits" et qui l'illustrait en disant que le nombre de communes avait doublé (étrange fructification !) mais surtout que "23 millions d'euros d'équipements ont été réalisés de 2009 à 2013, sans augmenter la dette


 

2. l'autre qui vient contredire formellement cette affirmation c'est le président (sortant et réélu) de Sud-Roussillon dans le document élaboré pour le débat d'orientations budgétaires. Il ressort de ces documents (pages 14 et 15) - le tableau ci-dessous les synthétise - que:

  • le cumul des équipements réalisés entre 2009 et  2013 est de 21 millions 752 278 euros 

 

Il y en a évidemment un des deux qui ment : lequel ?  

 

 

 

   bilan des investissements euros entre 2009 et 2013  
budget principal 13 221 869  
budget de l'eau 5 215 244  
budget de l'assainissement 3 115 164  

 

 

 

   

Selon Marcel Aymé, "si la vérité ne sort pas du puits, c'est qu'elle a peur de se mouiller"

 

moralité d'Esope :   " Les menteurs ne gagnent qu'une chose, c'est de ne pas être crus, même lorsqu'ils disent la vérité. "

 
Par pugnace
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Lundi 14 avril 2014 1 14 /04 /Avr /2014 12:00

 Sur le même sujet - la dette de la communauté de communes Sud-Roussillon - voici en moins d'un mois deux écrits contradictoires qui émanent chacun d'une autorité présumée compétente:


 

1. l'un, c'est le maire sortant qui dans son programme électoral intitulé "nos engagements 2014-2020" écrivait en page 4 que "le travail avec Sud-Roussillon avait porté ses fruits" et qui l'illustrait en disant que le nombre de communes avait doublé (étrange fructification !) mais surtout que "23 millions d'euros d'équipements ont été réalisés de 2009 à 2013, sans augmenter la dette


 

2. l'autre qui vient contredire formellement cette affirmation c'est le président (sortant et réélu) de Sud-Roussillon dans le document élaboré pour le débat d'orientations budgétaires. Il ressort de ces documents (pages 9, 10 et 11) - les tableaux ci-dessous les synthétisent - que:

  • l'encours de la dette a augmenté de 17,74 % dans la période (passant de 20 millions 850 à 24, 550
  • l'annuité a explosé + 50 % (passant de 2 millions 1 à 3,1)

 

Il y en a évidemment un qui ment : lequel ? ... réponse en bas de page

 

 

   DETTE en euros 2009 2013
budget principal 11 047 528 12 398 102
budget de l'eau 2 577 335   4 644 343
budget de l'assainissement 6 229 685 7 510 000

 

   ANNUITES en euros 2009 2013
budget principal 953 985 1 433 081
budget de l'eau 474 219 619 985
budget de l'assainissement 670 373 1 098 104 

 

 

 

   

réponse d'Esope :   " Les menteurs ne gagnent qu'une chose, c'est de ne pas être crus, même lorsqu'ils disent la vérité. "

 
Par pugnace
Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Samedi 12 avril 2014 6 12 /04 /Avr /2014 07:00

 

 

Copie-de-Copie-de-Copie-de-mairie_de_sant_cyprien_la_clau.jpgLe format de la photo est réduit - laissons à d'autres le soin de valoriser l'iconographie municipale - à l'image de notre démocratie locale.

 

6379 votants ont élu 33 conseillers. On en compte 24 sur la photo.

 

Par le jeu du coefficient multiplicateur qui amplifie le gain en sièges de la liste majoritaire en voix (question d'efficacité dit-on), 3466 électeurs sont représentés par 27 conseillers (dont un maire et 9 adjoints) et 2675 par 6 élus des trois autres listes.

 

Une simple division du nombre des électeurs par le nombre d'élus donne la représentativité des uns et des autres. Chaque élu de la majorité représente ainsi 128 électeurs alors que ceux des listes minoritaires représentent chacun 445 électeurs soit 3,5 fois plus ... ce qui devrait interdire à M. le maire de prétendre, comme il le fit durant la précédente mandature, que Jean Jouandet ne représente personne.

 

Sauf si quelque conseiller, petit ou modeste ou honteux se cache au troisième rang derrière ses camarades, la photo, ne permet d'identifier que 24 élus sur les 33 du conseil et sur les 27 de la liste majoritaire. Où sont passés les autres ? MM. Figueras et Benkemoun ont-ils déserté? et l'ex opposante, cependant légitime, Mme Sadourny, a-t-elle été oubliée ?

 

Quoi qu'il en soit, ces 24 qui posent fièrement devant la mairie et sous le drapeau tricolore ne représentent donc que 24 x 128 = 3072 électeurs sur les 6379 qui ont pris la peine de venir voter, soit moins de la moitié.

 

 

  • Question de forme : ne serait-il pas plus correct, courtois pour les élus et respectueux des électeurs, c'est-à-dire tout simplement démocratique que l'ensemble du conseil élu figure sur la photo historique ? Bien sûr cela ne se fait nulle part et il faut être pugnacement naïf pour imaginer que la démocratie soit mise en image à Saint-Cyprien ... Ce n'était pas dans la charte Anticor que nous avons signée, mais c'est notre conception de la politique locale de ne pas ostraciser les minoritaires en les rejetant a priori dans l'opposition (donc en les rendant inaudibles et infréquentables).

 

"Photo de famille", va-t-on nous rétorquer.

 

  • Question de fond : les 6379 votants ont-ils voulu transformer l'hôtel de ville en pension de famille ?

 

 

 


 

Par pugnace
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

Mercredi 9 avril 2014 3 09 /04 /Avr /2014 20:00

Je vous parle de l'installation du conseil communautaire de Sud-Roussillon et du comportement indigne de son président sortant.

 

Est-ce diffamatoire de qualifier ainsi le comportement mesquin (minable), sans aucun scrupule moral (vaurien) d'un élu qui s'installe délibérément hors des voies légales (voyou) dans une attitude de mépris dont il ne voit pas la bassesse et qui, c'est le drame de cette commune, est finalement tolérée par tous, non seulement ses amis et obligés, mais les autres élus des autres communes de Sud-Roussillon ... et même les deux soi-disantes opposantes qui comme de coutume ont persisté à faire de la figuration et à s'abstenir (c'est leur vocation de s'abstenir de tout, pensée et action).

 

Voici les faits : la loi prévoit qu'après chaque élection générale c'est le doyen d'âge qui installe le conseil municipal, et par symétrie le conseil de communauté. C'est ce qui s'est passé pour le conseil municipal où j'ai procédé comme prévu par le code.

 

La répétition imposée pour Sud-Roussillon devait inquiéter le président sortant: il craignait sans doute que je rappelle qu'il m'avait exclu arbitrairement de la vice-présidence en décembre 2009 et de l'assemblée en 2010 mais que les électeurs m'y avaient redonné place. Il devait craindre aussi que je rappelle que tout au long de 2013, ce conseil de Sud-Roussillon s'est réuni dans une formation illégale, qu'il a voté en cette formation irrégulière des indemnités de ce fait contestables et que le Tribunal administratif va incessamment sanctionner ces dérives administratives et financières. 

 

 

L'autocrate sortant a donc décidé de rentrer en violentant derechef la loi et en déjugeant son directeur général, M. Tixador. Celui-ci avait en effet établi, après échange avec moi, un protocole conforme à la règle, selon lequel après qu'il ait lui-même procédé à l'appel des présents je prenais, en qualité de doyen, la présidence de la séance, j'installais le conseil en sa nouvelle formation et je faisais procéder à l'élection du maire.

 

"Pas question de valoriser le vieux" a tranché en substance le Maître. Il a pris place en son siège habituel de président, a pris possession du micro, souhaité la bienvenue et installé les nouveaux élus. puis il a donné la parole à son directeur pour l'appel. Lequel directeur général, peu fier de lui, m'a ensuite convié à faire procéder à l'élection.

 

Mais alors le Maître a refusé de me céder le siège de la présidence, voulant m'imposer de rester dans mon coin, en cette place qu'il a lui-même qualifiée de "place des moutons" (celle des Roméo, Berliat, Lopez et autres Botella)

 

Devant cet abus de pouvoir, j'ai quitté, avec Martine Leroy, la séance y laissant les moutons bêler d'admiration et attendre la distribution des vice-présidences et des indemnités.

 

Voilà la démocratie locale qui par l'élection de mars 2014 a été réinstallée à Saint-Cyprien, démocratie qui n'est même plus en trompe-l'oeil ni en trompe-couillons : je rectifie le titre de mon livre, ce n'est plus le "mairisme" c'est la démocrature (1)

Jean JOUANDET

 

 

(1) "La dictocratie (ou démocrature) désigne un régime qui, sous l'apparence d'une démocratie, fonctionne en réalité comme une  dictature. Une constitution est en place, des élections ont lieu régulièrement, la liberté d'expression est garantie dans les textes, cependant les élites en place manipulent ces institutions afin de conserver leurs priviléges. Cela peut être aussi le cas lorsqu'il existe une collusion entre les  médias et le pouvoir en place".

 

 

 


Par pugnace
Ecrire un commentaire - Voir les 5 commentaires

P.U.G.N.A.C.E.

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle

et une Action Communale Energique

Les élus du groupe PUGNACE, et l'association CAP ESPOIR POUR MA VILLE, poursuivent ici l'information, la réflexion et l'action citoyennes dans une ville - SAINT-CYPRIEN - sinistrée par la perversion de la démocratie locale.

 

écrivez-nous :

 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés