Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 décembre 2014 2 30 /12 /décembre /2014 06:00

 

 

le 9 mars 2010 il déclare au conseil municipal en affectant d'avoir réfléchi au problème et en jouant au démocrate zélé (deux tricheries habituelles au personnage) que :

 

"S’agissant du camping Al Fourty, l’option de la vente pure et sèche a été abordée. On n’a pas encore pris de décision mais ce n’est pas une bonne solution à mon sens de vendre un bien immobilier, c’est vrai que cela générerait des recettes à court terme, mais de fait et par définition si on le vend on n’en est plus propriétaire.

 

A l’heure où je vous parle toutes les options sont ouvertes. Il n’y a strictement aucune décision qui soit arrêtée puisqu’il s’agit quand même d’un dossier qui est particulièrement important "

 

et croyez qu’aucune décision ne sera prise sans concertation réelle avec l’ensemble des élus, y compris ceux de l’opposition, parce que c’est une décision qui ne va pas simplement engager la majorité actuelle pour les 4 ans à venir mais c’est une décision qui va peser sur l’ensemble des mandats à venir, que ce soit nous ou quelqu’un d’autre, peu importe. Il faut penser à l’avenir et c’est donc une décision collective, une concertation collective qui aura lieu avant de prendre une décision définitive sur ce camping. "

 

 

 

Fort de cet engagement qui lui donne le pavillon bleu du maire propre qui réfléchit et qui consulte avant de trancher, le voilà qui 6 mois plus tard donne souverainement les clés du domaine public (son domaine, pense-t-il) à un particulier du Barcarès et en chasse comme de sales mendiants les restos du coeur !  

 

Ne dites pas que c'est honteux de trahir ainsi sa parole, de violer la loi, de mépriser les caritatifs, les bénévoles, les démocrates ... c'est le DEL POSO sorti des urnes qui décide. Comme il a le goût des faux semblants, il a réuni le comité de direction de l'EPIC pour lui notifier son auguste volonté.

 

Et pour mettre tout le monde devant le fait accompli il annonce publiquement que c'est fait. La presse tient lieu de CONSEIL, le journal est le porte-voix qui officialise l'acte municipal, c'est par "l'INDEPENDANT" qu'il claironne au bon peuple soumis la vente d'AL FOURTY (vente qui le 9 mars n'était pas une bonne solution mais qui sans doute parce qu'on a trouvé le bon acheteur devient bonne et urgente vente: aïe! aïe!).

 

Il en parlera un jour ou l'autre au conseil municipal, quand ça lui plaira, quand les opposants n'auront plus qu'à crier au scandale, à saisir le TA ou le Procureur! ( ne parlons pas du Préfet : il est en train de fignoler la décision que le maire va prendre)  

 

 

Lisez l'INDEPENDANT vous saurez enfin ce que le conseil municipal fantome aurait du décider. Vous verrez comment un présumé maire gère sa commune, votre argent et votre domaine, avec ses 20 oui-oui. Les présumés innocents d'hier n'auraient pas fait mieux.

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

petite fille du pêcheur 30/12/2014 17:31



petitefilledu pêcheur 30/12/2014 17:33



 Il est excessif, grand-père, et ses mots ne font pas dans la dentelle. Pour lui, tout est
noir ou blanc. Pour lui , ( je cite),  « le monde se divise entre les bons et les salauds, les honnêtes et les crapules, les braves gens et les
profiteurs »! Il ne fait pas dans la nuance et je connais quelques uns de ses « amis » qui ne le sont plus, après avoir été mesurés sans courtoisie à cette échelle... Mais, même si
cette distribution peut paraître simpliste, je l’ai rarement vu se tromper quand il porte un jugement. Il est vrai qu’en ce qui concerne les affaires de la commune, la clique municipale joue haut
et fort ! Entretenir l’équivoque, masquer les cartes, accumuler autant de reniements, de mauvaises décisions, autant de mépris des autres, autant de cynisme en persévérant dans l’erreur, ça
ne favorise pas l’indulgence et ça peut même autoriser quelques outrances.  Vous comprendrez que dans ces conditions j’hésite à retranscrire
textuellement ce qu’il me dit, le grand-père.  L’indignation l’étrangle : les anciens, qui ont trimé toute leur vie, sont très sensibles au
patrimoine patiemment accumulé pour le bien-être de tous les habitants et des enfants qui suivent ; patrimoine pourtant dont on se joue, pour de fausses raisons, avec l’indélicatesse, la
désinvolture et l’autorité de parvenus à qui rien n’a coûté.                                 
                                                                                                                               Et
voilà qu’aujourd’hui il y a moyen de rattraper les bourdes de 2010 et qu’on n’en profiterait pas ? C’en est trop pour lui. Certes, le maire perdra totalement la face en faisant marche
arrière mais, dit grand-père, « on s’en fout ». Lui, l’ancien, en tant qu’ancien justement, veut que le Fourty revienne à la commune. Il sait que la solution n’était pas obligatoirement
dans une mauvaise vente mais dans une gestion moderne et efficace de cet outil communal. A ce propos d’ailleurs, il m’a dit qu’il ne fallait pas se tromper de combat, que le gérant du camping
Soleil de la Méditerranée avait prouvé l’incapacité d’innovation des gens en place et qu’il ne fallait pas lui faire payer cette leçon. Quand j’ai montré à grand-père les chiffres (d’affaire et
de bénéfice) développés par le gérant en question, il a quand même blêmi, tiraillé entre l’envie de saluer la performance et la colère d’avoir été trompé. (le camping était accusé d’être très peu
rentable par le maire ! « Qui veut vendre son chien… ».). Il a alors modulé son opinion  qui peut se résumer ainsi en termes élégants : « L’intérêt de Saint-Cyprien
est à préserver avant celui de « l’éphémère propriétaire » qui était lui aussi prévenu de la fragilité de l’opération de vente. Après tout…,  il a déjà engrangé ».


Longue, longue discussion avec grand-père et quelques voisins. Les mots employés au plus chaud des
échanges ne figurent pas tous dans le dictionnaire et mon résumé ne tient pas compte des plus fortes réactions. Certaines s’apparentaient même à un «coup de torchon » local. C’est
dire…                                                                                                                                 
                    Il apparaît de plus en plus clairement que, sous
couvert de démocratie, les décideurs de 2014 et ceux de 2010 ont joué et continuent à jouer au monopoly avec un argent qui n’est pas le leur. Cet argent collectif est le nôtre et celui de nos
parents ; il devrait être aussi celui de nos enfants. On n’y touche pas sans consensus ou on corrige le tir lorsque d’évidence on s’est trompé. On ne « plaisante pas » avec ça,
encore moins en temps de crise et de vaches maigres. D’expérience récente, Grand-père sait que chaque perfidie politique engendre une perfidie sociale ; que chaque violence en haut légitime une
violence en bas. Cela, nous devons absolument l’éviter. Bien qu’excessif, même grand-père le dit !



  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html