Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 septembre 2015 1 14 /09 /septembre /2015 05:22

 

  Sans  doute alertée par les reproches faits publiquement cet été à l'encontre de l'Etat par les maires de Saint-Cyprien et de Cabestany la préfète a tenu réunion (nous informe l'Indépendant du 11 septembre) pour  "pour anticiper et gérer les grands passages des gens du voyage ".

 

Il est même écrit qu'elle veut "rétablir le rapport de force" ... Diable, serait-ce un écho à l'appel lancé par le maire de Saint-Cyprien à sa population pour faire face aux envahisseurs? 

 

"réguler et sanctionner", ce sous-titre résume diverses résolutions ou suggestions sans doute utiles, et qu'il ne nous appartient pas de critiquer ... encore qu'on voit mal comment "limiter les convois de plus de 50 caravanes" quand on sait que ces grands passages réunissent des groupes de 200 caravanes inséparables.

 

Mais concrètement la question majeure, à savoir l'accueil des gens du voyage (accueil en capacité et en qualité), semble (à la simple lecture de ce compte-rendu) être restée assez théorique. Par exemple il est rendu hommage à Sud-Roussillon qui a rempli ses obligations de créer 70 places et les a même dépassées, atteignant les 80. C'est bien et il est juste de reconnaître l'effort fait au plan local. Mais le constat est bien superficiel : on a respecté la réglementation (pour une fois !) mais cette réglementation s'est révélée inappropriée aux besoins.

 

On a fait 80 places (cela a eu un coût) mais on a du faire face à plus de 200 caravanes. On a fait un beau terrain selon les normes réglementaires de l'administration française ... mais les gens du voyage n'en veulent pas. On ne cesse de répéter que ces groupes massifs veulent de grands espaces pour rester ensemble et veulent de la verdure, pas du bitume. Ils veulent de l'ombre et de l'herbe pour s'y installer librement, en s'organisant à leur guise, sans se contraindre dans des espaces balisés et sur une aire "normalisée".

 

   Alors créons des prêt-à-camper puisque leur bonheur est dans le pré: prévoyons des prairies pour éviter qu'ils ne continuent à squatter les parcs et les stades et pour éviter que la préfecture ne soit contrainte encore de réquisitionner des terrains privés. Point n'est besoin de structurer des camps, point n'est même besoin de procéder à des achats publics, à des investissements importants. Evitons l'immobilisation permanente de terrains et d'installations (à entretenir pendant 12 mois) puisque si les passages sont massifs leurs séjours sont brefs (quelques semaines). Il est stérile de geler des emprises foncières toute l'année, avec des infrastructures lourdes, le coût est disproportionné à l'usage ... surtout quand les usagers le snobbent.

 

Il y a en revanche sur Saint-Cyprien, et sans doute ailleurs, des hectares de terrain que la déprise agricole et l'arrachage de vignes transforment en friches, envahies par les broussailles, les ronces, les herbes de la pampa et les dépôts sauvages de matelas et gravats. Il y a des hectares de terrain inconstructibles, inondables, et plus ou moins exploités. Ne peut-on pas imaginer une concertation tripartite - entre les pouvoirs publics, les propriétaires et des exploitants agricoles (éleveur de moutons, propriétaire ou éleveur de chevaux, ou autres) - ayant pour objectif de convenir avec les propriétaires et professionnels d'une mise à la disposition des pouvoirs publics pendant une période pré-définie et sur préavis raisonnable?

 

Une autre formule serait envisageable : la collectivité acquerrant ces espaces et les louant (à des prix incitatifs) à des exploitants, se réservant simplement un droit d'usage intermittent pour couvrir les grnds passages. Les installations sanitaires, relevant de la collectivité, pourraient être sommaires (eu égard à la qualité et au confort actuels des véhicules des usagers), voire mobiles (comme on sait bien faire à Saint-Cyprien) mais assorties des compteurs d'eau et d'électricité pour garantir la facturation correcte.    

 

"Gagnant-gagnant", comme on dit maintenant. L'exploitant serait ainsi installé dans des conditions avantageuses, il maintiendrait les terrains en état de "propreté", ce qui revaloriserait des espaces aujourd'hui rendus à l'état sauvage. La charge financière et gestionnaires des collectivités serait allégée. Les espaces publics (parc et stades) ne seront plus la cible des voyageurs si on leur offre un pré permettant à leurs enfants de taper dans un ballon et aux parents de tenir des veillées de chants et de prières.

 

Le bonheur est dans le pré à camper

... d'un rapport de force, passons à un rapport de convivialité

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

atao feal 15/09/2015 21:23

Les pieds noirs aimaient tellement la France, qu'ils n'ont pas pensé aller ailleurs. Aujourd'hui ils pensent qu'ils auraient du partir en Argentine ou Australie... il y aurait plus de place pour recevoir l'invasion crémeuse qui nous arrive de l'Orient !!!!

Le 26 juillet 1962, le maire de Marseille, le socialiste Gaston Defferre, accorde une interview au quotidien Paris-Presse l’Intransigeant.
Sujet : L’arrivée massive des rapatriés d’Algérie.
Gaston Defferre, ne se prive guère de donner son avis :
« Ils fuient. Tant pis ! En tout cas, je ne les recevrai pas ici. D’ailleurs, nous n’avons pas de place. Rien n’est prêt. Qu’ils aillent se faire pendre où ils voudront ! En aucun cas et aucun prix je ne veux des pieds-noirs à Marseille. »

C'est de cette façon qu’en juillet 1962, on traita les rapatriés d’Algérie pourtant français à part entière !!!
Maintenant on construit aux migrants des centres où ils auront logement, nourriture, aide médicale, etc., bien sur aux frais des contribuables français. il faut croire qu'en France, sous la gauche, il vaut mieux être « étrangers »

53 ans plus tard, il m’apparait comme instructif, pour les générations qui n’ont pas connu, ou mal connu, ces évènements tragiques, de faire souvenir de quelle manière ont été accueillis ces Français lors de leur arrivée, contre leur gré et emportés par le vent de l’Histoire, dans leur pays, leur patrie, la France.

pugnace 16/09/2015 06:01

vous avez raison de rappeler l'histoire
... mais il faut en tirer la leçon et tenter d'être moins bête et méchant que ceux qui nous ont précédés et qui ont mal traité les malheureux chassés d'Algérie (rapatriés) ou d'Espagne (républicains)

sauf à vouloir transmettre à ceux qui nous suivent une image médiocre, égoïste et inhumaine des habitants de Saint-Cyprien en 2015

atao feal 14/09/2015 17:48

Immigration les questions que vous êtes priés de ne pas poser

Ils étaient devenus les bienvenus, ceux qu’on applaudissait chaleureusement, ceux qui allaient payer nos retraites et qu’on allait volontiers payer auparavant pour le faire.
Ces derniers jours, les réfugiés alimentaient le brasier des cœurs, poussaient aux retrouvailles avec notre culture : « aime ton prochain comme toi-même ». Les réfugiés étaient presque un cadeau, et chacun de se demander : que fais-je, que puis-je faire, moi, pour les recevoir comme ils le méritent ?

Un air plus frais commence à souffler venu de Germanie…
Les journalistes aiment la fête.

Les journalistes ont tout oublié : les revendications sans fin, les zones de non droits, les émeutes, la régression féminine, les conflits ethniques et religieux, une frange radicale en pleine expansion, les attentats, les djihadistes en route pour l’horreur
Comme des feuilles emportées par le vent pavlovien, ils ont participé à celle-ci comme à celle du Printemps arabe. Pour bénir ce dernier, ils s’étaient débarrassés en un clin d’œil des constats qui prévenaient depuis des années de l’avancée des Frères musulmans. Pour appeler à accueillir ceux-là, ils ont tout oublié de l’Europe musulmane. Les revendications sans fin, les zones de non droits, les émeutes, la régression féminine, les conflits ethniques et religieux, une frange radicale en pleine expansion, les attentats, les djihadistes en route pour l’horreur.
Et la perspective nouvelle d’accueillir des soldats de l’Etat islamique glissés parmi les réfugiés.
C’est qu’une partie des musulmans d’aujourd’hui sont Syriens. Une espèce rare, apparemment immunisée contre le radicalisme, puisque ses ambassadeurs sont éduqués. Certains parlent même anglais. Welcome ! La Suisse est vexée, elle qui a annoncé vouloir en accueillir 3000 et constate que seule une centaine s’est présentée. Qu’elle se rassure : la sainte chancelière après avoir créé un immense appel d’air coupe l’oxygène : les réfugiés dit-elle, n’ont pas à choisir leur pays d’accueil. Chacun doit prendre sa part. La Suisse a toutes ses chances.

Madame Soleil est pessimiste
En Syrie aussi, salafistes et Frères musulmans ont cultivé le radicalisme
Une fois encore, les journalistes de l’éther ne veulent rien savoir.
Et surtout pas qu’en Syrie aussi, salafistes et Frères musulmans ont cultivé le radicalisme et dressé depuis des années les sunnites contre les autres ethnies et religions. Comment vont-ils s’intégrer ? Madame Soleil est pessimiste. Comment empêcher le communautarisme alors que la prise en charge de centaines de milliers d’hôtes pousse forcément au regroupement ?
Gageons que dans toute l’Europe, les associations et mosquées, elles aussi gangrenées par le salafisme et les Frères musulmans, s’occuperont avec enthousiasme des nouveaux locataires. Il importe qu’ils sachent rapidement qu’ils appartiennent à un Occident dépravé et empli d’islamophobes. Qu’il faudra être fort pour défendre leur religion contre ses ennemis. Que la construction de mosquées est un droit imprescriptible. Les religieux auront du temps. Même en Allemagne, ce n’est pas le mois prochain que les nouveaux arrivants pourront aller frapper aux portes des usines.
Ces derniers temps, le Syrien convoité a fait disparaitre des médias ceux que la crise compassionnelle avait auparavant mis en avant. Erythréens, Nigériens, Irakiens, Somaliens, Afghans, etc.etc. Eux aussi doivent être chrétiennement répartis. Ils sont moins désirés. Illettrés pour beaucoup, peu scolarisé et pas formés pour la majorité, l’aide sociale est leur destin. Combien de milliards en réserve, de logements en surplus, d’emplois non qualifiés à disposition pour traiter dignement ces pensionnaires ? Et ceci dans une conjoncture anémique et qui a toutes les chances de le rester, nous dit par exemple Le Temps : les experts «sont de plus en plus à l’affirmer : le monde occidental est promis à une faible progression de sa richesse. Et pour longtemps.»

Comment reconnaitre un réfugié économique ?
Rassurez-vous bonnes gens, nous dit-on, les réfugiés économiques devront repartir. Il faut être très croyant pour adhérer. Comment reconnaitre un réfugié économique ? Prenons l’exemple des Syriens : la plupart ne viennent pas de Syrie, mais de camps où ils ne risquent plus ni persécutions, ni bombardements.
Sont-ils pour l’Europe des réfugiés ?
Et si l’Allemagne désirait tant en accueillir, n’aurait-il pas été sage d’exiger qu’ils viennent progressivement, une fois leur demande enregistrée, afin d’empêcher ce flux qui plonge plusieurs pays dans le chaos ?
Mais la sagesse se noie parfois devant l’image d’un enfant mort…
Un Nigérian pourra-t-il prouver qu’il était menacé par Boko Haram ? Un Irakien chiite pourra-t-il démontrer que Daesh ou les attentats sunnites le menaçaient ? Un Afghan pourra-t-il faire admettre que des attentats mettaient sa vie en péril ?
En fait, où commencent la guerre et le besoin de protection ?
Et comment traiter correctement des demandes d’asile lorsqu’elles sont déposées par dizaines de milliers ?
Quelques 90% de ces réfugiés sont des hommes jeunes et seuls.
Frau Merkel va-t-elle se donner à nouveau en exemple en les autorisant à aller chercher compagne dans leur pays ou dans les camps ? Depuis des années, l’Allemagne tente de freiner la propension de ses Turcs d’origine à trouver l’âme sœur par des mariages forcés au pays du nouveau sultan. Mais les temps changent si vite…
Après les vagues de célébrations solidaires, partout la gueule de bois menace. Et personne n’anticipe la gestion de l’afflux des réfugiés dans les mois qui viennent et après l’an nouveau.
Un million, deux millions ? Haut les cœurs !
Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Mireille Vallette pour Dreuz.info.

pugnace 14/09/2015 19:11

Pour ne pas répondre point par point à votre long papier télécommandé, je poserai la question de façon un peu différente.

Peut-être les allemands ont-ils été débordés par leur enthousiasme généreux (ce n'est pas le cas chez nous !). Peut-être ont-ils aussi choisi une stratégie de négociation pour mettre les réticents de l'Europe de l'est (et ceux de ce côté-ci du Rhin) en face de la responsabilité européenne qui est une responsabilité collective face à un drame qu'elle ne peut plus éluder sauf à faire exploser un certain nombre de pays et peut-être la communauté elle-même..

Cela fait des années que le problème des migrants/réfugiés est posé : on a laissé faire l'Italie et la Grèce. L'Europe a fermé les yeux, croisé les bras et attendu la suite sur ce sujet comme sur celui de la dette grecque.

L'attentisme ne fait qu'aggraver les problèmes et l'Europe se retrouve chaque fois dans un psychodrame alors qu'elle aurait pu (dû) sur de tels dossiers se forger enfin une politique commune ... et informer correctement les populations de tous les pays concernés.

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html