Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juillet 2015 1 06 /07 /juillet /2015 05:00

 

 

 

 

   "Dès que la démocratie a atteint un certain stade dans son développement, un processus de dégénérescence s'installe, elle adopte ce faisant un esprit aristocratique, parfois aussi des formes aristocratiques, et devient similaire à ce contre quoi elle était jadis entrée en campagne. Alors surgissent en son sein ses nouveaux accusateurs qui la dénoncent comme oligarchie.

 

Mais après une période de luttes glorieuses et une période de participation peu honorable à la domination, ceux-ci se fondent en définitive dans l'ancienne classe dominante. Contre eux s'élèvent derechef de nouveaux combattants de la liberté au nom de la démocratie.

 

Et il n'est pas de fin à ce jeu cruel entre l'idéalisme incurable des jeunes et l'incurable soif de domination des vieux ... Telle est la signature la plus profonde de l'histoire partisane"

   

Ce texte est extrait d'un ouvrage paru en 1910, "sociologie du parti dans la démocratie moderne. Enquête sur les tendances oligarchiques de la vie des groupes" de Robert Michels. Même si la tentation est grande d'y trouver certain ressemblance avec une histoire récente et locale, cette analyse d'un sociologue italien d'origine italienne, publiée il y a plus d'un siècle, montre que même dans les partis les plus favorables à la démocratie, la tendance inéluctable de ces organisations consiste en la main-mise d'un petit groupe de dirigeants sur l'ensemble des membres.

 

Ces dirigeants en viennent à définir seuls les orientations du parti, en faisant mine de s'appuyer sur des décisions communes. Tout conduit à produire cette concentration de pouvoir entre quelques mains : les logiques d'efficacité dans la lutte partisane pour la conquête du pouvoir, la supériorité sociale (héritée) et intellectuelle (présumée) des leaders, comme le besoin de direction des foules et leur gratitude (soumission des humbles ou respect des modestes) à l'égard des chefs.

 

Le constat se répercute inéluctablement au niveau de la démocratie que les partis se partagent et où ils transposent la forme et la gestion aristocratiques qui assurent leur pouvoir.

 

Cette réflexion ancienne sur "la loi d'airain de l'oligarchie" est plus que jamais actuelle en ces temps d'abstention massive et de désillusion citoyennes. Elle stimule plus que jamais la réflexion sur la participation effective des citoyens à la vie de leur cité

 

 

Concrètement le journaliste Jacques Molénat, vieil observateur avisé de la vie politique régionale, présentera mardi prochain à la librairie Torcatis.son dernier ouvrage riche en portraits sur nos olygarques du Sud de France et dont à lui seul le titre est appétissant

Avec Nicolas Caudeville, Pugnace vous y invite 
   
présentation livre Jacques Molénat "Notables, trublions et filous" à la librairie Torcatis
mardi 7 juillet à 18:00
Librairie Torcatis à Perpignan

Partager cet article

Repost 0
Published by pugnace
commenter cet article

commentaires

campeur en goguette 08/07/2015 17:18

a Romanos: les "campeurs " sont été délogés et seraient sur un terrain privé (réquisitionné) vers le golf, sur la route d'Alenya.
lu sur le site de l'ot, une déclaration de la 1ere adjointe qui nous informe que la municipalité à engagé la somme de 400000 euros au Bosc! et pendant ce temps, le gouvernement demande aux collectivités de faire des économies!
si ca continue, je vais devenir moi aussi "un campeur"....

Ara 07/07/2015 15:09

Ces petits hommes qui veulent notre bien (et non qui volent notre bien), finissent avec le temps par parler la langue de leur milieu. Langue de bois souvent mais aussi langue technocratique, qui leur donne l'apparence de la compétence, le plumage plutôt que le ramage; répétiteurs appliqués de leçons mal apprises, convertis perroquets et porte-voix tarifés, ils se regardent grandir, ébahis de leur position avantageuse. Les plus doués apprennent vite et du haut de leur nouvelle technicité s'éblouissent eux-mêmes en stupéfiant le badaud ...au lieu de l'instruire car un plus ambitieux ou un plus vif que soi, est si vite trouvé ! Finalement, pensent-ils, ce n'est pas si difficile que ça de faire de la politique; ce serait même intéressant s'il ne fallait constamment penser aux prochaines échéances. Mais là, pas de problème, ils savent faire désormais.

Romanos 07/07/2015 13:47

Les bassins de rétention d eau dits bassins d orage de la Prada viennent d être envahis en une heure de temps par un campement de Romanos. Plus de 200 carrosses. C est impressionnant. Attention donc garez vous ....

YETI 07/07/2015 11:11

En réponse à « petits politiques » :

Il faut reconnaître que beaucoup d'entre ceux que vous appelez « les petits politiques » ont "ramé" pour décrocher la timbale, dans une course à l'échalote qui leur sourit enfin, après la X ième candidature à une élection. Ce n’est pas pour s’embarrasser ensuite de scrupules inutiles ! Ils ont d’ailleurs toujours connu ces combats d'ambitions où tous les coups sont permis au nom de l’efficacité pour atteindre un résultat, où la réussite sert de consécration sociale et efface croient-ils, à défaut de les absoudre, les reniements et autres bassesses, passées et à venir... Leurs devanciers, plus âgés ou plus doués, les ont instrumentalisés dès leurs premiers pas et leur ont appris très tôt à servir les intérêts du sérail et de sa "hiérarchie politique". C’est le prix à « payer » pour être dans la chaîne. Ce système pyramidal, bien verrouillé aux influences extérieures, s’appuie sur une base que l’espoir (ton tour viendra, patience) rend souple. ( Il s’appuie aussi sur la médiocrité des convictions et des compétences de ceux qu’on va promouvoir : les chefs arrivés n’aiment pas la concurrence.) C'est ainsi que toutes couleurs confondues, les petits politiques deviennent en paroles les plus fervents défenseurs du temple démocratique, généreux dispensateur de places et d’indemnités : la démocratie a un prix, ne cessent-ils de répéter !... et leur prix devient le nôtre. Vigiles sourcilleux de son orthodoxie, ils font en sorte que rien ne change, bien entendu. Sont-ils pour autant efficaces ? Chacun est en mesure de répondre. On peut au moins avancer qu’ils s’annulent réciproquement dans le combat de conquête et se mélangent dans l’ « action », en tentant de garder cependant a minima ces fameux marqueurs qui caractérisent un semblant d’identité idéologique. Ainsi, par exemple, ils se posent en fervents défenseurs des services publics ou en ses méprisants détracteurs; en tenants intransigeants de la laïcité ou en sages tolérants au nom des libertés individuelles; sur tous les sujets de société, ils vont où les porte la vague, sans véritables convictions personnelles, mais brandissant des valeurs qui caractérisent leur camp, tels des logos autour desquels se groupent leurs publics...Une fois élus, ils reprennent parfois un semblant d'autonomie au grand dam des partis qui les ont soutenus. C'est qu'ils se sont aperçus de la fragilité de leurs positions et qu’il est temps pour eux de se démarquer du rôle de suiveur ou de godillot. Petit poisson veut devenir grand. Le véritable pouvoir est au bout du chemin, ainsi que la timbale.

PS. comme tout propos polémique, ce qui précède souffre des exceptions. L’homme politique sincère, compétent et désintéressé existe… et non ! ce n’est pas le Yéti.

A venir 07/07/2015 09:55

Oligarchie des ploutocrates médiocres les rois fainéants de la dévoyée démocratie. Les peuples honnissent ces fausses élites incompétents mais se laissent acheter contre des basses promesses. Pendant combien de temps.

"petits politiques" 07/07/2015 09:42

Notables, trublions et filous...Les « petits politiques », dans leur grande majorité, ne paraissent pas conscients des enjeux et des risques de leurs comportements. Ils réduisent les enjeux à l’accession au pouvoir et ne voient aucun risque à court terme dans les colères qui montent.
« La soupe est à laper lorsque passe le plat » semble l’alpha et l’oméga de leur combat politique… Oui, ils préparent le lit de celui... qui les noiera. .

Sirius 06/07/2015 19:38

Par glissements successifs, le processus de dégénérescence de la démocratie est effectivement un phénomène "naturel" et de toute époque. Quel degré doit-il atteindre dans l'échelle des renoncements individuels et collectifs pour donner naissance à des mouvements protestataires crédibles? La déliquescence des mœurs politiques est telle désormais qu'elle a produit les rejets que nous constatons. Les temps sont essentiellement favorables aux médiocrités peu regardantes ou cyniques. On croise les intérêts, on se partage sans vergogne les places, on renonce aux promesses, on distribue les pourboires, on brouille les cartes, on verrouille les règles, en se réclamant de la démocratie, c'est-à-dire du plus grand nombre dont on ne voit que le dos. Cette dégénérescence ne vise qu'à se perpétuer jusqu'au pourrissement final. Tout se met en place peu à peu pour des sursauts bienvenus mais hasardeux.

pugnace 06/07/2015 19:45

le hasard bienvenu, est-ce quand quelqu'un se lève et crie "je vous ai compris" pour signifier "ça suffit" ?

  • : Jean Jouandet - Le blog de pugnace
  • Contact

Pour  Une  Gouvernance  Nouvelle 

           et une Action Communale Energique

c'est le programme de nos élus pour restaurer une gestion démocratique et efficace.

avec votre association

                 "CAPESPOIR DEMOCRATIE"

Recherche Par Mot-Clef

CAPESPOIR DEMOCRATIE

Pour tout savoir sur notre association (objet, statuts, bureau),

cliquez sur ..... http://www.pugnace.fr/2015/01/capespoir-democratie.html

 

JUSTICE

Pour trouver les jugements et décisions diverses de Justice, cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/jugements-et-decisions-de-justice.html

 

AL FOURTY

Pour consulter le dossier de la vente du camping  cliquez sur ... http://www.pugnace.fr/al-fourty.html

 

 

"Affaire Bouille" - Procès -

 

        pour retrouver les reportages et commentaires sur l'affaire Bouille et le procès, cliquez ici ...

http://www.pugnace.fr/affaire-bouille-et-proces.html

 

FINANCES COMMUNALES

le petit livre noir 2010/2015

pour feuilleter cliquezsur  http:le-petit-livre-noir-2010-2015.html